Cet article date de plus de neuf ans.

La presse mexicaine accuse Florence Cassez d'"activités illégales"

Condamnée à 60 ans de prison au Mexique, la Française estime que ces accusations "brouillent les pistes", alors que la Cour suprême examine son recours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Florence Cassez parle avec son avocat le 23 juin 2006 dans la prison de Mexico. (ALFREDO ESTRELLA/AFP)

La campagne d'accusation tombe au plus mauvais moment pour Florence Cassez. La Française, condamnée au Mexique à 60 ans de prison pour enlèvements est depuis plusieurs jours l'objet d'une campagne d'accusations dans la presse mexicaine alors que son recours en révision est actuellement en cours d'examen par la Cour suprême du Mexique.

Plusieurs journaux et une radio, faisant état d'un rapport de la police fédérale, affirment que la Française recrute actuellement des détenues pour se livrer à des "activités illicites" depuis la prison de Tepepan, au sud de Mexico, où elle est emprisonnée depuis près de six ans.

"Brouiller les pistes"

Mardi 8 novembre, W Radio a diffusé l'interview de deux femmes, présentées comme des détenues de Tepepan. "Nous craignons pour notre sécurité car Florence Cassez nous propose de participer à des actes de délinquance", affirme l'une d'entre elle.

La Française a démenti ces accusations auprès de l'AFP. "Tout cela intervient pour brouiller les pistes alors que la Cour suprême a accepté d'examiner mon recours". Visiblement éprouvée par ces nouvelles accusations, la Française explique ne pas parvenir à s'habituer "à tous ces mensonges".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.