L'ancien syndicaliste de Continental condamné pour avoir refusé le prélèvement ADN

Xavier Mathieu, figure emblématique des salariés de "Conti" de Clairoix, a été condamné à une amende de 1 200 euros.

Xavier Mathieu, syndicaliste CGT de l\'ancienne usine Continental de Clairoix (Oise), ici à Paris le 2 janvier 2012.
Xavier Mathieu, syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental de Clairoix (Oise), ici à Paris le 2 janvier 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)

La cour d'appel d'Amiens a condamné vendredi 3 février le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental Xavier Mathieu à 1 200 euros d'amende pour avoir refusé de se faire prélever son ADN par la police. Une amende de 1 000 à 1 500 euros avait été requise.

"Les délinquants, ce sont les dirigeants de Continental"

Les faits prennent leur source en avril 2009. Xavier Mathieu avait été condamné à 4 000 euros d'amende par la cour d'appel d'Amiens pour avoir participé avec des ouvriers de l'usine de pneumatiques Continental de Clairoix (Oise), alors menacée de fermeture, au saccage de la sous-préfecture de Compiègne. Il avait ensuite refusé de se soumettre à un prélèvement d'empreinte génétique, comme l'exige la loi.

Lors du premier procès suivant ce refus, en juin 2010, et quelques mois après la fermeture du site, le syndicaliste avait été relaxé. Mais le parquet avait fait appel de cette relaxe. 

A l'annonce de sa condamnation vendredi, Xavier Mathieu a déclaré : "Je suis condamné (...), ce qui veut dire qu'ils peuvent se repointer la semaine prochaine et me redemander mon ADN et me rejuger si je refuse." Et de lancer : "Les délinquants, ce sont les dirigeants de Continental. Ce ne sont même pas des voyous, ce sont des criminels. J'aurais voulu qu'[ils] soient jugés pour les conséquences de la fermeture de cette boîte, le désastre économique sur la vie des gens."

"Dommage que notre boîte n'ait pas fermé pendant la présidentielle"

Au micro de France Info, l'ouvrier critique Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et député UMP de Haute-Loire, qui "se gargarise" auprès des employés de Lejaby. Il dit regretter que son usine n'ait pas été fermée en période électorale car, selon lui, le gouvernement aurait davantage agi. "On se rend compte que quand ils veulent, ils peuvent."

Une figure emblématique des "Conti"

"Que Xavier soit dans le même fichier que des violeurs et des assassins, c'est honteux", a déclaré Pierre Sommé, l'un des quelque 100 "Conti" venus soutenir le syndicaliste à sa sortie du tribunal.

Au printemps 2009, Xavier Mathieu a été la figure emblématique du conflit social de plusieurs mois contre le projet de fermeture de l'usine. Il s'est notamment illustré au micro du journal de 20 heures de France 2. La fermeture de l'usine a entraîné la suppression de 1 120 postes, mais ce mouvement a permis aux ouvriers d'obtenir des indemnités de départ extra-légales.