Justice : 20 ans après une accusation de viol, il est reconnu innocent

Publié Mis à jour
Justice : 20 ans après une accusation de viol, il est reconnu innocent
Article rédigé par
T. Cuny, P. Mauger, F.Simoes, C. Pary, S. Malin - France 3
France Télévisions
Il pourrait être le douzième cas reconnu d'erreur judiciaire en France depuis 1945. Farid El Hairy a 17 ans en 1998 quand il est accusé de viol par une adolescente de 15 ans. Pour cela, il sera condamné. Sauf qu'il y a quelques années, la jeune fille, devenue une jeune femme, mère de famille, a écrit à la justice pour avouer qu'elle avait menti. Jeudi matin 8 décembre, Farid El Hairy était devant la cour de révision pour demander sa réhabilitation.

La démarche est hésitante, mais c'est peut-être un premier pas vers la reconnaissance de son innocence. Farid El Hairy vient de plaider sa cause devant les 13 juges de la cour de révision. Condamné pour viol alors qu'il n'avait que 17 ans, son accusatrice est revenue sur ses déclarations. "Toute ma vie a tourné autour de ce calvaire", dit-il. En 1998, une lycéenne de 15 ans accuse Farid El Hairy de l'avoir violée, derrière une piscine, à Hazebrouck (Nord). 

La plaignante se dit prête à assumer son mensonge devant la justice 

Devant les gendarmes, elle est formelle. Il s'agit bien du jeune adolescent. Pendant toute l'instruction, son récit, très détaillé, est jugé crédible par les enquêteurs. Jusqu'à son procès en cour d'assises en 2003, le suspect clamera son innocence. Il est pourtant condamné à 5 ans de prison, dont 4 avec sursis, et inscrit au fichier des délinquants sexuels. Mais en 2017, coup de théâtre. La plaignante écrit au procureur de la République et revient pour la première fois sur ses accusations. Elle rajoute avoir été violée par son frère pendant des années et s'être enfermée dans le déni pour protéger sa famille. Aujourd'hui, par la voie de son avocate, elle se dit prête à assumer son mensonge devant la justice. La décision sera rendue dans une semaine. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.