Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Affaire Kerviel : la Société générale a-t-elle fait broyer un rapport qui lui était défavorable ?

La Société générale a toujours prétendu être victime dans l'affaire l'opposant à Jérôme Kerviel. Dans un rapport commandé en 2008 par le procureur chargé de l'enquête, il est noté que le management de la banque avait connaissance des prises de position de son trader. Ce document a été détruit avant de refaire surface… huit ans plus tard ! Extrait du magazine "Pièces à conviction" du 22 mars.

Pièces à conviction/France 3

Tout commence en 2008 par un rapport de justice qui aurait pu changer le cours de l'affaire Kerviel… Cette année-là, au tout début de l'enquête, Jean-Michel Aldebert, procureur chargé de l'affaire, commande un rapport. Son auteur est l'assistant judiciaire Cédric Bourgeois, un spécialiste de la comptabilité et de la finance.

Dans son rapport, il écrit notamment la phrase suivante : "Une connaissance par le management des prises de position hors normes prises par Jérôme Kerviel." En clair, le document révèle que l'état-major de la Société générale était au courant des agissements de son trader, contre lequel elle est en procès…

Le rapport Bourgeois refait surface en 2016…

En mai 2008, Cédric Bourgeois remet son rapport au supérieur hiérarchique qui le lui a commandé. C'est à cette époque que sa trace est perdue. En juin 2016, huit ans après sa rédaction, le rapport Bourgeois refait mystérieusement surface en fuitant dans la presse.

Ce rapport a été passé à la broyeuse et reconstitué depuis. Le magazine "Pièces à conviction" a enquêté sur certains points de ce document, qui contredisent la version de la banque, ainsi que sur les questions que pose sa disparition…

Extrait de "Affaire Kerviel-Société générale : la justice sous influence ?", une enquête de "Pièces à conviction" diffusée le 22 mars 2017.

PACs Kerviel extrait
PACs Kerviel extrait (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3)