Jérôme Kerviel sera fixé sur son sort vendredi

L'ancien trader de la Société générale, condamné à 5 ans d'emprisonnement, a demandé un aménagement de sa peine avec port d'un bracelet électronique.

L\'ancien trader de la Société générale Jérôme Kerviel (G), et son avocat David Koubbi, le 4 juillet 2013, à Paris.
L'ancien trader de la Société générale Jérôme Kerviel (G), et son avocat David Koubbi, le 4 juillet 2013, à Paris. ( MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La décision du juge concernant la demande d'aménagement de peine de Jérôme Kerviel sera rendue le 1er août. Le parquet l'a annoncé en début de soirée mardi 29 juillet. Dans un communiqué, Dominique-Antoinette Gaux, procureur adjoint d'Evry, a annoncé que la décision du juge d'application des peines "a été mise en délibéré à la date du 1er août, date à laquelle elle sera notifiée au parquet".

"En l'état, le parquet d'Evry est dans l'attente de cette décision qui lui permettra de prendre connaissance des motivations retenues et d'exercer, le cas échéant, les voies de recours qui lui sont offertes", ajoute le texte.

Le parquet a donné "son feu vert", selon l'avocat de Jérôme Kerviel

Après deux mois passés à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), l'ancien trader de la Société générale avait réclamé un aménagement de peine, peut-être avec un bracelet électronique, selon son avocat David Koubbi.  "Jérôme Kerviel sera désincarcéré avec une peine aménagée", expliquait dans la matinée son défenseur, "avec des heures de sortie qui lui permettent d'aller travailler et de rentrer à son domicile le soir" "Il a un appartement, il a un travail, il a un environnement amical et familial stable", ce sont des "arguments qui ont marqué" le juge d'application des peines, a-t-il estimé mardi matin. 

Mardi soir, l'avocat a noté que le parquet n'avait pas exprimé de volonté de faire appel de la décision du juge d'application des peines, "telle qu'énoncée à l'audience ce jour, contrairement à ce qui a pu être annoncé par plusieurs médias".

Le parquet dispose de dix jours pour faire appel de la décision que rendra le juge vendredi.

Condamné définitivement, mi-mars à cinq ans d'emprisonnement, dont trois ferme, Jérôme Kerviel a demandé à pouvoir effectuer le solde de sa peine sous bracelet électronique ou en semi-liberté. Cette demande s'appuie sur les dispositions de l'article 723-7 du Code de procédure pénale, qui prévoit qu'une telle mesure "peut être exécutée un an avant" la mi-peine. Or, compte tenu des crédits de réduction de peine dont bénéficie automatiquement Jérôme Kerviel, il aura effectué la moitié de sa peine en juillet 2015.