Cet article date de plus de huit ans.

Jamel Leulmi condamné à 30 ans de réclusion

Les jurés de la cour d'assises de l'Essonne ont condamné Jamel Leulmi à 30 ans de réclusion pour assassinat, tentative d'assassinat et escroquerie à l'assurance. Il a fait appel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Eric Dupond-Moretti, l'avocat de Jamel Leulmi © maxppp)

Après sept heures de délibérés, les jurés de la cour d'assises de l'Essonne ont condamné Jamel Leulmi à 30 ans de prison. Surnommé "le séducteur de l'Essonne", il a été reconnu coupable de l'assassinat de sa femme et de tentative d'assassinat sur sa seconde compagne pour toucher des millions d'euros d'assurance décès.

Jamel Leulmi a écouté le verdict la tête baissée et les mains croisées tandis que sa principale accusatrice, Julie Derouette, a été prise d'un malaise. Elle a dû être allongée sur le banc des parties civiles avant de se redresser quelques minutes plus tard. "C'est un très grand soulagement ", a expliqué maître Cathy Richard, l'avocate de Julie, victime et partie civile dans ce dossier

 

"C'est un soulagement" (Cathy Richard, avocate de Julie)
écouter

 

Mercredi, l'avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité dépeignant un être "cupide, calculateur (…) un danger pour notre société ". Jamel Leulmi, défendu notamment par Eric Dupond-Moretti, a lui clamé son innocence pendant les 15 jours de procès.  "Je pense que le mobile qu'on lui prête a balayé comme un tsunami le reste", a expliqué Eric Dupond-Moretti tandis que l'autre avocat de Jamel Leulmi, David Kaminsky, s'est interrogé sur l'absence de preuves :

"Il n'y a pas suffisamment de preuve pour le condamner. Il paye quatre ans de médiatisation et ca a fait beaucoup de mal."

 

"Il n'y a pas suffisamment de preuve pour le condamner" (David Kaminsky)
écouter

 

Quelques minutes après l'énoncé du verdict, Jamel Leulmi a annoncé qu'il faisait appel de sa condamnation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.