Grasse : des détenus mineurs percent huit cloisons pour passer à tabac un codétenu

Dans la nuit du 10 au 11 mai, à Grasse (Alpes-Maritimes), des détenus d'un quartier pour mineurs ont réussi à percer les cloisons de huit cellules pour nuire à un autre prisonnier. Les gardiens n'ont rien vu.

Voir la vidéo
France 2

Un détenu mineur de la prison de Grasse (Alpes-Maritimes) a arraché un pan de la cabine de sa douche et l'a utilisé comme bélier pour fracturer le mur de sa cellule, dans la nuit du 10 au 11 mai. Avec d'autres prisonniers, il perfore ainsi sept murs et frappe le détenu qui se trouvait dans la huitième cellule. "Je pense que la structure n'est pas assez solide. L'enquête le dira. Elle déterminera de quoi ont été faits ces murs et si c'est conforme au cahier des charges auquel était soumise la construction de cet établissement en 1992", déclare Hervé Segaud, délégué régional FO.

La victime refuse de porter plainte

Pourquoi les surveillants n'ont ils rien entendu et ne sont-ils pas intervenus ? Une enquête judiciaire et une enquête administrative ont été ouvertes. Deux des auteurs de l'agression ont déjà été exfiltrés de la prison de Grasse. Les autres ont été isolés dans de nouvelles cellules. De gros travaux ont été entrepris pour sécuriser les murs entre les cellules. La victime, qui s'en sort avec trois points de suture, refuse de porter plainte et de pour l'instant ne pas savoir qui l'a frappé.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée de la maison d\'arrêt de Grasse (Alpes-Maritimes), le 24 janvier 2018.
L'entrée de la maison d'arrêt de Grasse (Alpes-Maritimes), le 24 janvier 2018. (SEBASTIEN NOGIER / EPA)