Cet article date de plus de sept ans.

Free condamné à payer 25 millions d'euros à Bouygues Telecom pour dénigrement

Xavier Niel, PDG de Free, avait qualifié les clients de l'opérateur de "pigeons" et avait utilisé les termes "escrocs" et "voleurs" pour parler de ses dirigeants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le fondateur de Free, Xavier Niel, le 4 décembre 2012 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (ERIC PIERMONT / AFP)

Coup pour coup chez les opérateurs. Free a été condamné à payer 25 millions d'euros à son concurrent Bouygues Telecom pour dénigrement par le tribunal de commerce de Paris, vendredi 22 février. Le groupe a annoncé qu'il allait faire appel. De l'autre côté, Bouygues Telecom a également été condamné à verser 5 millions d'euros à Free, pour la même raison.

La plainte de Bouygues Telecom contre Free

Xavier Niel, fondateur de Free, avait qualifié les clients de Bouygues Telecom de "pigeons" et avait utilisé les termes "escrocs" et "voleurs" pour parler des trois opérateurs SFR, Orange et Bouygues Telecom, lors d'une présentation en janvier 2012. En décembre 2012, Bouygues Telecom avait saisi la justice pour "dénigrement et concurrence déloyale" à cause d'une "campagne de dénigrement lancée par Free lors de son lancement commercial."

Les représentants de Free devront modérer leurs propos à l'avenir, précise Le Figaro. Le groupe a l'interdiction "d'utiliser des termes dénigrants à l'encontre de Bouygues Telecom, sous astreinte de 100 000 euros" par infraction constatée. 

Le site de Challenges avait publié de longs extraits de cette plainte déposée par Bouygues Telecom. Le groupe avait listé en détail  l'ensemble des "discours, interviews ou interventions" qui comportaient des propos hostiles. La plainte visait également "le développement de sites, de blogs et de vidéos dénigrant les opérateurs concurrents de Free".

 La plainte d'Iliad (Free) contre Bouygues Telecom

Iliad avait également déposé plainte pour le même motif contre son concurrent. "Bouygues Telecom a été condamnée [selon la même décision du tribunal] pour quelques propos isolés tenus en réponse à la communication agressive et massive de Free, à 5 millions d'euros de dommages et intérêts", explique un communiqué de Bouygues Télécom, qui ne livre pas davantage de détails sur les propos incriminés. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.