"Est-ce que je suis fou, si..." : Georges Tron se défend

Le député-maire UMP de Draveil, accusé de viols en réunion et agressions sexuelles par deux ex-employées municipales, s'est défendu, sur Canal+, en taxant le Front national de complot.

Francetv info

Georges Tron est accusé de viols en réunion et d'agressions sexuelles par deux ex-employées municipales. Invité du "Grand journal" de Canal+, vendredi 11 mai, le député-maire UMP de Draveil (Essonne) s'est défendu en accusant le Front national de comploter contre lui. "Est-ce que je suis fou, si..", a répété l'ancien secrétaire d'Etat à plusieurs reprises, usant ainsi d'une anaphore, une figure de style remise à la mode par François Hollande lors du débat télévisé de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

George Tron, le député-maire de Draveil (Essonne), le 11 mai 2012 au \"Grand journal\" de Canal+.
George Tron, le député-maire de Draveil (Essonne), le 11 mai 2012 au "Grand journal" de Canal+. (FTVI / CANAL +)