Le couple DSK-Sinclair attaque en justice Guaino et cinq journaux

Selon leurs avocats, l'ancien patron du FMI et sa femme dénoncent la couverture "outrancière" de l'affaire du Carlton, dans laquelle DSK est cité par des témoins.

Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair, près de leur appartement de la place des Vosges, à Paris, le 4 septembre 2011.
Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair, près de leur appartement de la place des Vosges, à Paris, le 4 septembre 2011. (JOHANNA LEGUERRE / AFP)

Les avocats du couple DSK-Anne Sinclair ont annoncé mardi 22 novembre que leurs clients attaquaient en justice Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, et les journaux L'Express, Le Figaro, Paris-Match, VSD et Le Nouvel Observateur pour leur couverture "outrancière" de l'affaire du Carlton. 

Le nom de Dominique Strauss-Kahn a été cité par plusieurs personnes interrogées dans l'affaire de proxénétisme du Carlton de Lille. Dénonçant un lynchage médiatique, l'ancien favori à la présidentielle de 2012 a plusieurs fois demandé à être rapidement entendu.

Qu'a dit le conseiller de Nicolas Sarkozy ?

Invité de l'émission "Zemmour & Naulleau" sur Paris Première vendredi 18 novembre, Henri Guaino avait évoqué les affaires du Sofitel et du Carlton, dans lesquelles Dominique Strauss-Kahn est soupçonné d'être impliqué. Le conseiller spécial du président avait déclaré que l'affaire DSK, "ce n'est pas un problème de vie privée, on est à la charnière entre vie privée et délinquance""L'histoire du Carlton, pardon, mais c'est exactement la même chose. Ce sont ses relations supposées avec des gens qui dirigent des réseaux de prostitution", avait-il expliqué.

Celui que l'on présente comme "la plume" de Nicolas Sarkozy sera dans les prochains jours visé par une plainte au pénal, "au regard de la gravité" de ses propos sur une chaîne de télévision, a indiqué à l'AFP maître Richard Malka, l'un des avocats du couple.

Dans les prochains jours L'Express, le Nouvel Observateur, Paris Match et VSD seront visés par la même procédure "dans les prochains jours", précise l'avocat. Il s'agit "de poursuivre judiciairement quelques-unes des publications les plus outrancières ayant participé à l'escalade".

"Intimité jetée en pâture"

Le couple se défend de vouloir museler la presse. "Ni Anne Sinclair ni Dominique Strauss-Kahn n'entendent limiter la libre expression des idées et la diffusion de l'information mais ils n'acceptent pas pour autant que leur intimité soit exploitée et jetée en pâture à des fins exclusivement mercantiles", plaident les avocats du couple.

Au sujet de l'affaire du Carlton de Lille, maître Henri Leclerc, l'avocat de DSK a affirmé mercredi 16 novembre qu'il n'avait eu "aucune nouvelle" de sa convocation devant le juge, alors qu'il a demandé à être entendu. "Il ne peut pas se défendre, il est dans une situation pire, presque, que celle dans laquelle nous l'avons vue à New York" lors de son arrestation, en mai dernier.