Cet article date de plus de sept ans.

Dodo la Saumure doit débaptiser son "DSKlub"

Dominique Alderweireld, célèbre proxénète belge, devra rebaptiser son "DSKlub" : la justice belge vient de lui interdire d'utiliser les initiales de l'ancien patron du FMI.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Dodo la Saumure devra changer le nom de son club de Blaton sous peine d'amende © MAXPPP / Photo PQR / La Voix du Nord)

Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure, va devoir retirer les enseignes de son "Dodo Sex Klub ", ou "DSKlub ". Un jugement du tribunal de première instance de Tournai, en Belgique, vient en effet de lui interdire l'utilisation de l'acronyme de l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn. C'est lui qui avait saisi en référé la justice Belge, pour contester le nom donné par le proxénète à son nouveau bar à hôtesses ouvert au printemps à Blaton, près de la frontière française.

Le tribunal a donc interdit à Dodo la Saumure d'utiliser les trois lettres à des fins commerciales et publicitaires sous peine d'une amende de 3.000 euros par infraction constatée, ainsi que de faire "toute mention ou référence directe ou indirecte au nom, à l'acronyme, à l'image, et de manière générale à la personne du demandeur ".

Un jugement de fond pour février

Les avocats de Dodo la Saumure avaient demandé au tribunal de débouter la partie adverse, car elle n'apportait pas, selon eux, la preuve d'un préjudice grave. Ils soutenaient, en outre, que l'établissement s'appelait le "DS Klub " et pas le "DSK Klub ", et que DSK ne pouvait pas se prévaloir d'être le propriétaire de l'acronyme.

Comme il s'agissait d'un jugement en référé, c'est à dire d'une procédure d'urgence, un jugement sur le fond de l'affaire est attendu pour février 2015. En attendant, Dominique Alderweireld a annoncé qu'il comptait respecter le jugement et débaptiser son club.

Le proxénète, âgé de 64 ans, croisera Dominique Strauss-Kahn dans un autre procès, celui du Carlton de Lille. Avec 12 autres prévenus, les deux hommes seront jugés en correctionnelle dans cette affaire de "proxénétisme aggravé en réunion ". Le Belge a toujours nié avoir fourni des prostituées à l'ancien patron du FMI.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.