Cet article date de plus de neuf ans.

De nouveaux éléments dans l'enquête sur les attaques terroristes

Alors que plus de 3,7 millions de personnes, dont 1,5 million rien qu’à Paris, ont participé ce dimanche en France à une marche républicaine historique en hommage aux victimes des attentats et pour la liberté, l'enquête sur les attaques terroristes se poursuit.
Article rédigé par Laurent Doulsan
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Capture d'écran de la vidéo postée dimanche matin sur internet, mais rapidement retirée, qui attribue à Amedy Coulibaly la prise d'otages porte de Vincennes et l'assassinat de la policière à Montrouge  © DR)

Il y a d'abord l'existence d'une vidéo de revendication, qui a circulé sur Dailymotion à la mi-journée, avant d'en être retirée. Elle met en scène un homme ressemblant à Amedy Coulibaly, qui s'attribue notamment le meurtre d'une policière municipale à Montrouge. Cette vidéo comporte plusieurs séquences, dans lesquelles cet homme justifie son passage à l'acte. Il explique aussi comment il a coordonné son action avec celles des frères Kouachi, les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo.

 

La possible "planque" de Coulibaly découverte

Cette vidéo n'est pas encore authentifiée, au sens judiciaire du terme. Les enquêteurs ont besoin de temps pour comprendre notamment dans quelles conditions elle a pu être fabriquée. Mais l'identité du personnage ne fait aucun doute. Il s'agit bien d'Amedy Coulibaly.

 

Deuxième point, une "planque" utilisée par Coulibaly a été découverte à Gentilly, dans le Val-de-Marne. Des papiers lui appartenant ont été retrouvés. Mais aussi des armes, des détonateurs et des drapeaux de l'organisation "Etat Islamique".

 

Un rapprochement entre une arme retrouvée dans l'Hyper Casher et une agression à Fontenay-aux-Roses

Les enquêteurs travaillent aussi sur un épisode un peu passé inaperçu. Il s’agit de l'agression d'un joggeur mercredi soir, c'est-à-dire après l'attaque de Charlie-Hebdo, à Fontenay-aux-Roses. Cet homme avait été blessé par des tirs d'armes automatiques.

Des éléments permettent de faire le rapprochement entre le pistolet utilisé ce soir-là et une arme découverte dans le supermarché casher attaqué par Coulibaly Porte de Vincennes à Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.