Copé dément avoir reçu de l'argent liquide de la part de Takieddine

Selon un témoin anonyme, le secrétaire général de l'UMP aurait reçu de l'argent liquide de la part du sulfureux intermédiaire libanais pour effectuer des travaux dans son appartement parisien.

Le secrétaire général de l\'UMP, Jean-François Copé, le 7 novembre 2011 à Meaux.
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, le 7 novembre 2011 à Meaux. (FRED DUFOUR / AFP)

Jean-François Copé a-t-il reçu de l'argent liquide de la part de Ziad Takieddine, l'intermédiaire en armement mis en cause dans le volet financier de l'affaire Karachi ?

Le Journal du Dimanche publie, dimanche 20 novembre, le procès-verbal d'audition d'un témoin anonyme devant les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, qui enquêtent sur un éventuel lien entre l'attentat de Karachi, et des commissions liées à des contrats d'armements avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite dans lesquels M. Takieddine est soupçonné d'avoir jouer un rôle clé. Ce témoin affirme que le secrétaire général de l'UMP a reçu de l'argent liquide de son ami Ziad Takieddine pour effectuer des travaux dans son appartement parisien.

Les liens entre les deux hommes sont de notoriété publique depuis la publication de photos privées par le site Mediapart. Invité jeudi soir dans l'émission "Mots Croisés", sur France 2, Jean-François Copé n'a pas nié ses relations d'amitié avec Ziad Takieddine, mais a assuré n'avoir jamais eu de relations professionnelles avec lui.

"Ce n'est pas un témoin, il veut juste dire du mal"

Jean-François Copé comme Ziad Takieddine ont démenti les allégations du témoin anonyme. "On vient me rattacher à une histoire que je n'ai jamais vécue. Tout est bidon", a déclaré le secrétaire général de l'UMP, en précisant qu'il n'avait fait l'objet d'une demande d'audition de la part d'aucun juge. "Cette histoire est une affabulation totale", a déclaré M. Copé. "Ce n'est pas un témoin, il veut juste dire du mal", a-t-il ajouté.

Interrogé par ailleurs sur les accusations de l'ex-femme de Ziad Takieddine, Nicola Johnson, qui avait déclaré aux policiers que la famille Copé avait bénéficié de voyages payés par son mari, il a affirmé "le seul voyage, c'est celui offert par Ziad Takieddine à une trentaine de personnes invitées durant deux jours à l'occasion d'un anniversaire de sa femme".

Selon le PV d'audition, cité par le JDD, Nicola Johnson a affirmé aux enquêteurs que la famille Copé avait été invitée à Londres, au Liban, à Antibes, où Ziad Takieddine possède une villa, et à Venise à l'époque où M. Copé était ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.