Clichy : "Avec ce procès, mon sentiment d'injustice a disparu", assure le frère de Bouna

La cour de cassation a annulé mercredi le non-lieu rendu au profit des policiers poursuivis pour la mort accidentelle de Zyed Benna et Bouna Traoré. La perspective d'un procès s'ouvre pour les familles des deux adolescents. 

Loubna Anaki/Bruno Girodon

Sept ans après les émeutes qui ont secoué les banlieues française en 2005, la cour de cassation relance le dossier à leur origine. La plus haute juridiction a annulé mercredi 31 octobre le non-lieu qui avait été rendu au profit de deux policiers dans la mort de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traoré le 27 octobre 2005. Ils ont péri électrocutés dans un transformateur électrique où ils avaient trouvé refuge, alors qu'ils étaient poursuivis par la police. 

Pour les familles, c'est un soulagement. Loubna Anaki et Bruno Girodon ont rencontré Siyakha Traoré, le frère de Bouna Traoré, juste après l'annonce faite par la cour de cassation.

Cette dernière a renvoyé le dossier devant la cour d'appel de Rennes pour qu'elle statue de nouveau. Dans son arrêt, la juridiction considère que la cour d'appel de Paris n'a pas répondu à l'argumentation des parties civiles, selon laquelle les policiers n'avaient aucune certitude que les deux jeunes ne se trouvaient pas sur le site EDF. 

Siyakha Traoré, le frère de Bouna Traoré, réagit au non-lieu prononcé mercredi 31 octobre par la cour de cassation.
Siyakha Traoré, le frère de Bouna Traoré, réagit au non-lieu prononcé mercredi 31 octobre par la cour de cassation. (FRANCE 2)