Cet article date de plus d'onze ans.

Cahuzac ne sera pas candidat. Pour mieux revenir ?

Jérôme Cahuzac a annoncé renoncer à se présenter aux législatives dans son ancien fief du Lot-et-Garonne. Serait-ce pour mieux revenir en politique ? C'est ce que subodore haut et fort l'UMP locale, mais aussi ce que redoute discrètement le PS. Et l'interview de l'ex-ministre du Budget dans La Dépêche du Midi ne dissipe pas le malaise.
Article rédigé par Cécile Quéguiner
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Charles Platiau Reuters)

La fédération socialiste du Lot-et-Garonne respire... un peu. Jérôme Cahuzac a fini de jouer avec ses nerfs, en mettant fin à l'insupportable suspense autour de sa candidature à la législative partielle dans la 3e circonscription du département, une semaine après avoir fait une mystérieuse apparition sur le marché de Villeneuve-sur-Lot et quelques jours seulement avant le dépôt des candidatures. 

> Lire Jérôme Cahuzac : "Je ne serai pas candidat "

"C'était la seule décision possible ", a réagi le chef du PS départemental, Matthias Fekl. "Cette décision s'imposait. Elle va permettre maintenant à cette campagne d'aborder les vrais sujets ". "C'est ce qu'il fallait faire ", a renchéri dimanche le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici.

Selon un sondage commandé par le Parti socialiste, la candidature de l'ancien ministre aurait entraîné l'élimination dès le 1er tour du candidat PS, Bernard Barral et un duel UMP-FN au second tour. Mais c'est un soulagement mesuré qu'exprime le PS, après avoir pourtant dénoncé sans retenue son "indécence " ou son "grave manque de dignité " lorsqu'il était encore question qu'il se présente à sa propre succession. 

Éternel retour ?

À cela, plusieurs raisons. D'abord, la page Cahuzac est loin d'être tournée. La commission d'enquête parlementaire sur l'attitude de l'État pendant l'affaire Cahuzac commence ses auditions mercredi à l'Assemblée. Mais ce sont surtout les ambitions présumées de Jérôme Cahuzac qui inquiètent les socialistes : et s'il avait renoncé à une élection perdue d'avance, pour mieux revenir aux municipales de 2014 à Villeneuve-sur-Lot (où il fut maire de 2001 à 2012) ?

"J'aime trop ce territoire [...] Je reviendrai"

Dans son entretien à La Dépêche du Midi , l'ancien ministre laisse planer le doute : "J'aime trop ce territoire où j'ai tant d'amis véritables et courageux pour l'oublier. Je reviendrai ", lâche-t-il. La formule - ambiguë - conclut d'ailleurs l'article du quotidien. 

Pour l'UMP Jean-Louis Costes, candidat dans la 3e circonscription, ce projet de retour ne fait aucun doute. "Il a testé sa popularité à travers différents sondages et a vu qu'elle n'était pas suffisante pour se présenter à cette législative partielle. Mais peut-être qu'elle est suffisante pour envisager d'autres élections , suppose-t-il. Je crois qu'il est en train de travailler à cette stratégie de retour aux municipales ". Et d'ajouter, pour preuve, qu'il siège toujours au conseil municipal de Villeneuve-sur-Lot...

Ce qui est sûr, c'est que l'ancien ministre du Budget ne semble pas avoir renoncé à cette élection pour des raisons morales ou éthiques. Il explique avoir craint "une campagne violemment haineuse avec un harcèlement médiatique incessant ". L'hypothèse d'un retour ne semble donc pas farfelue. De quoi pousser le PS à faire preuve de prudence et à garder de larges distances. "Nous avons tout fait pour que Cahuzac soit étanche au PS ", se rassure un député PS. "Il n'est plus de notre famille ", insiste un cadre du parti. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.