Attentats de Paris : ce que l'on sait sur les terroristes

Les attentats de Paris et Saint-Denis, vendredi 13 novembre, ont impliqué au moins neuf personnes. Sept terroristes sont morts pendant les attaques simultanées. Abdelhamid Abaaoud, organisateur supposé, a été tué lors de l'opération antiterroriste à Saint-Denis, mercredi 18. Salah Abdeslam est toujours recherché.

(Photos DR-Rex/Sipa-AP/Sipa)

Les neuf hommes ont agi sur trois lieux différents : le Stade de France, le Bataclan (11e arrondissement) et un certain nombre de terrasses de restaurants et de bars des 10e et 11e arrondissements de Paris. Trois véhicules ont été utilisés pendant les attaques : une Seat Leon noire (retrouvée à Montreuil), une Volkswagen Polo noire (laissée devant le Bataclan) et une Renault Clio noire (retrouvée dans le 18e arrondissement de Paris).

En plus des membres du commando, trois autres personnes au moins paraissent impliquées : Hasna Aitboulahcen, identifiée parmi les occupants de l'appartement de Saint-Denis morts pendant l'assaut des forces de l'ordre, Hamza Attou et Mohammed Amri, soupçonnés d'avoir "exfiltré" Salah Abdeslam vers la Belgique, au lendemain des tueries.

Les cibles des attaques simultanées

Stade de France. **** A 21h20, un kamikaze fait exploser sa ceinture d’explosifs rue Jules-Rimet, à hauteur de la porte D du Stade de France. A 21h30, nouvelle explosion, au niveau de la porte H. A 21h53, troisième et dernière explosion rue de la Cokerie, à 400 mètres environ du stade.

10e et 11e arrondissement. A 21h25, un groupe de tireurs circulant en Seat Leon noire a successivement attaqué le Petit Cambodge et le Carillon, à l’angle de la rue Albert et de la rue Bichat, dans le 10e arrondissement. A 21h32, nouvelle fusillade à l’angle de la rue de la Fontaine-au-Roi et de la rue du Faubourg-du-Temple (10e). A 21h36, c’est la Belle Equipe qui est visée, à l’angle de la rue de Charonne et de la rue Faidherbe (11e).

Le Bataclan. A 21h40, un groupe de tireurs circulant en Volkswagen Polo noire s'arrête devant le 50, boulevard Voltaire (11e) et fait irruption dans le Bataclan.

Les terroristes impliqués

 

Bilal Hadfi

19 ans, né le 22 janvier 1995FrançaisRésidait à Neder-over-Heembek (région de Bruxelles) A opéré au Stade de France . Se fait exploser à 21h53, près du Stade de France. A probablement séjourné en Syrie. Repéré par les services de sécurité belges, mais pas par leurs homologues français.

?

A opéré au Stade de France. Se fait exploser à 21h20, à hauteur de la porte D. A proximité de son corps est retrouvé un passeport syrien au nom d’un individu, Ahmad Al-Mohammad, né en 1990. L’authenticité de ce passeport n’est pas confirmée. Les empreintes papillaires du kamikaze concordent en revanche avec celles relevées lors d’un contrôle en Grèce le 3 octobre 2015. Un appel à témoins est lancé pour identifier l'homme sur cette photo.

?

A opéré au Stade de France. Se fait exploser à 21h30, au niveau de la porte H. Il a été "formellement identifié" comme étant un individu dont les empreintes correspondent à celle relevées lors d'un contrôle en Grèce le 3 octobre 2015. C'est lors du même contrôle qu'ont été relevées les empreintes du kamikaze de la porte D. Un appel à témoins est lancé pour identifier l'homme sur cette photo. 

Salah Abdeslam

26 ans, né 15 septembre 1989 à Bruxelles (Belgique)FrançaisRésidait à Molenbeek-Saint-Jean (région de Bruxelles) Activement recherché. A joué un rôle logisitique. C’est à son nom qu’ont été louées deux chambres d’une résidence hôtelière d’Alfortville (Val-de-Marne) où ont séjourné six des terroristes, deux jours avant les attaques. Et c’est lui qui a loué la Polo noire utilisée par le commando du Bataclan, ainsi qu'une Clio retrouvée dans le 18e arrondissement de Paris.  

Le rôle de Salah Abdeslam dans les attaques se précise peu à peu. Il a déposé les trois kamikazes au Stade de France, puis il a abandonné la Clio près de la porte de Clignancourt, dans le 18e arrondissement. Dans la vidéo de revendication de Daech, le 18e est une des cibles citées, mais aucun attentat n'y a eu lieu.

Tracé par son téléphone portable, Salah Abdeslam est donc localisé dans le 18e, puis à Montrouge, Bagneux et Châtillon. Une ceinture d'explosifs similaire à celles des kamikazes a été retrouvée lundi 23 novembre dans ce secteur, à Montrouge.

Salah Abdeslam a regagné la Belgique samedi au matin, et a été contrôlé à Cambrai (Nord) samedi 14 à 9h10, alors qu'il n'était pas encore formellement identifié comme l'un des terroristes, en compagnie de Hamza Attou et Mohammed Amri. 

(©)

Brahim Abdeslam

31 ans, né le 30 juillet 1984 à Bruxelles (Belgique)FrançaisRésidait à Molenbeek-Saint-Jean (région de Bruxelles) Fait partie du "commando des terrasses". Frère aîné de Salah Abdeslam. Il se fait exploser devant le Comptoir Voltaire, une brasserie du boulevard Voltaire dans le 11e arrondissement de Paris. C’est lui qui a loué la Seat Leon noire utilisée par l’équipe des 10e et 11e arrondissement, et c’est à son nom qu’a été louée la planque de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Lié à Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être un des organisateurs des attaques.

Abdelhamid Abaaoud

28 ans, né le 8 avril 1987 à Anderlecht (Belgique)Belge Fait partie du "commando des terrasses". A joué un "rôle déterminant" dans les attaques simultanées à Paris et Saint-Denis. Il a été filmé par les caméras de surveillance de la RATP à la station de métro Croix-de-Chavaux à Montreuil, quelques minutes après les attentats, et à proximité de l'endroit où a été abandonnée la Seat Leon qui a servi au "commando des terrasses". Ses empreintes ont été identifiées sur une Kalachnikov retrouvée dans la voiture.

Il est ensuite localisé à la station de métro Nation, dans le 12e arrondissement, puis sur certains des lieux des fusillades. Le signal de son téléphone est ensuite localisé entre La Courneuve et Aubervilliers. Le 17, c'est là qu'il retrouve Hasna Aitboulahcen, avec qui il se replie sur un appartement de Saint-Denis, rue du Corbillon, trouvé par sa cousine et loué à Jawad Bendaoud. Mardi soir, le procureur Molins confirmait qu'Abaaoud projetait un attentat kamikaze avec un complice à La Défense, entre le 18 et le 19. Il était la cible principale de l'opération du Raid à Saint-Denis, mercredi 18 novembre, dans laquelle il a trouvé la mort.

Abaaoud était un proche de Salah Abdeslam, qu'il a connu à Molenbeek. Figure connue du djihad, il a plusieurs fois séjourné en Syrie et il est impliqué dans quatre des six attentats évités ou déjoués depuis le printemps 2015 en France.

?

Le troisième homme du "commando des terrasses". Des traces ADN exploitables indiquent qu'il pourrait être le troisième corps retrouvé dans l'appartement de Saint-Denis, après l'assaut mené par les forces de l'ordre.  

(©)

Omar Ismaïl Mostefaï

29 ans, né le 21 novembre 1985 à Courcouronne (Essonne)Français Un des trois tueurs du Bataclan. Il faisait l’objet d’une fiche S depuis 2010. Premier des kamikazes a avoir été identifié, dès vendredi 13 au soir. A habité dans la région de Chartres (Eure-et-Loir) et selon nos informations, il s'est rendu en Syrie  entre 2013 et 2014. Condamné huit fois, mais jamais dans des affaires liées au terrorisme.

(©)

Samy Amimour

28 ans, né le 15 octobre 1987 à ParisFrançais Un des trois tueurs du Bataclan. Originaire de Drancy, chauffeur de bus de la RATP pendant quelques mois, il se radicalise peu à peu. Mis en examen en 2012 pour association de malfaiteurs et placé sous surveillance, il viole le contrôle judiciaire et séjourne en Syrie entre 2013 et 2014.

(©)
Le troisième tueur du Bataclan, identité encore inconnue. 

Les autres personnes impliquées

Fabien Clain

37 ans, né le 30 janvier 1978Français Identifié comme la voix qui revendique les attentats du 13 novembre, dans une vidéo de Daech. Originaire de Toulouse, ce Réunionnais gravite dans les milieux salafistes depuis une quinzaine d'années. Proche de la communauté islamiste d’Artigat (Ariège) et d’Olivier Corel, surnommé "l’Emir blanc", placé en garde à vue ce mardi. C’est à Artigat qu’il se lie avec Mohamed Merah et sa famille. Condamné en 2009 pour avoir organisé le recrutement de djihadistes envoyés en Irak. À sa sortie de prison, il s’installe en Normandie puis séjourne en Syrie. Son nom apparaît dans l’attentat manqué contre une église de Villejuif, mené par Sid Ahmed Glam en aout 2015.

 

(©)

Hasna Aitboulahcen

26 ans, née le 12 août 1989 à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine)Française Elle fait partie des trois personnes tuées lors de l'assaut mené mercredi 18 au matin par les forces de l'ordre sur un appartement du centre de Saint-Denis, rue du Corbillon. L'enquête a établi qu'elle ne s'était pas elle-même faite exploser en tant que kamikaze. Elle a été formellement identifiée grâce à ses empreintes digitales. Un sac à main contenant son passeport avait été retrouvé dans les décombres de l'appartement.

Cousine d'Abedelhamid Abaaoud, elle organise le repli de ce dernier après les attentats du 13 novembre. Elle trouve et loue l'appartement de la rue Corbillon, à Saint-Denis, et y mène Abaaoud et un autre individu, qu'elle récupère à Aubervilliers, le 17. 

 

(©)

Mohamed Abrini

30 ansBelgo-marocain A été vu le 11 novembre dans l'Oise, dans une station-service, en compagnie de Salah Abdeslam. Il apparait au volant de la Clio qui a servi à l'un des commandos. Un mandat d'arrêt international a été lancé.

 

(©)

Hamza Attou et Mohammed Amri

20 ans et 27 ans, belges Contactés par téléphone le 13 à 22h30 par Salah Abdeslam, ils quittent la Belgique pour venir le récupérer dans le secteur de Châtillon-Montrouge au sud de Paris. Les trois hommes sont contrôlés dans la même voiture samedi 14 novembre au matin, lors d'un contrôle à Cambrai (Nord), près de la frontière belge, alors que le nom de Salah Abdeslam n'apparait pas encore dans l'enquête. Arrêtés depuis par la police belge, Attou et Amri sont inculpés.

 

Jawad Bendaoud

C'est lui qui, contacté par Hasna Aitboulahcen, a fourni l’appartement de Saint-Denis, cible de l’assaut des forces de l’ordre, le 18 novembre. Au terme de sa garde à vue, mardi, il a été déféré pour être présenté à un des juges d'instruction de la section antiterroriste du parquet de Paris. Mis en examen et placé en détention provisoire.

 

​A LIRE AUSSI ►►► 10 jours après les attentats de Paris, les zones d'ombre autour de Salah Abdeslam

A LIRE AUSSI ►►►  Abaaoud, organisateur présumé des attentats, tué dans l'assaut à Saint-Denis

A LIRE AUSSI ►►►  Expliquez-nous... Molenbeek