Assaut de Saint-Denis : le 3e cadavre est celui d'Hasna Aitboulahcen

Trois personnes ont été tuées dans l'appartement de Saint-Denis visé par un assaut des forces de l'ordre mercredi matin. Le parquet de Paris a annoncé vendredi midi que l'un des cadavres découverts, celui d'une femme, était bien celui d'Hasna Aitboulahcen.

(Dans l'appartement de la rue du Corbillon, les perquisitions sont toujours en cours © Christophe Ena/AP/SIPA)

Les investigations se poursuivent dans les décombres de l'appartement de la rue Corbillon, à Saint-Denis. Vendredi midi, le procureur de la République de Paris a annoncé que le corps d'une femme a été trouvé sur les lieux et que son identité a été confirmée sur la base de comparaison d'empreintes digitales. Il faut rappeler que l'assaut a été donné dans un logement d'une quarantaine de mètres carrés, un logement décrit comme abandonné, délabré, insalubre. Les fusillades et les dégâts provoqués par la déflagration de la ceinture explosive d'un des kamikazes font que le travail de la police scientifique est compliqué parce qu'il y a des gravats, des pans de murs effondrés, un plancher explosé par endroit et des conduites d'eau cassées.

Dans ce décor très dégradé, on sait qu'un sac à main a été découvert. Il contient un passeport de femme celui d'Hasna Aitboulahcen, 26 ans, qui habitait la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois. Elle est donc la femme retrouvée morte. Décrite comme fragile et instable par ses voisins de quartier, Hasna Aitboulahcen, 26 ans, s'est radicalisée il y a 6 mois. Elle portait le niqab, était fascinée par la Syrie et rêvait d'y aller. Sur son compte Facebook, en septembre dernier, elle avait posté des photos d'Abdelhamid Abaaoud, qu'elle présentait comme son cousin.