Amputé après les attentats, Djamel n’a toujours pas reçu son statut d’invalidité

Huit mois après les attentats après lesquels il a été amputé à la jambe, Djamel n’a toujours pas reçu son statut d’invalidité, malgré les promesses de l’exécutif. Il a entamé une grève de la faim.

(Djamel a notamment été amputé du pied droit © RF/ Gaële Joly)

Djamel, sérieusement blessé à la terrasse de la Belle équipe le 13 novembre 2015, a décidé ce lundi d'entamer une grève de la faim. Près de 8 mois après les attentats, il n'a toujours pas reçu son statut d'invalidité, nécessaire pour pouvoir survivre financièrement. Et pourtant, avec la nomination d'une secrétaire d'Etat chargée des victimes, Juliette Méadel, Manuel Valls avait promis aux victimes de tout faire pour faciliter les démarches.

[Mise à jour : reçu ce lundi par la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, Djamel a finalement reçu sa carte d'invalidité.]

Selon l'association "13 novembre Fraternité et Vérité", le jeune homme n'est pas le seul, parmi les 22 blessés toujours hospitalisés.

A LIRE AUSSI ►►► Pourquoi le fils de Manuel Dias, la victime du Stade de France, n'ira pas au match

Djamel a été amputé du pied droit, ne peut utiliser son bras gauche, ne peut pas s’habiller seul. il nous montre cette lettre qu'il a reçue il y a trois jours, qui lui refuse à nouveau son statut d'handicapé.

 

Djamel : "Le secrétariat d’Etat nous fait davantage souffrir qu’il nous aide"
--'--
--'--
 

Djamel a reçu quatre balles de kalachnikov à la terrasse de la Belle équipe et, depuis, c’est un cauchemar administratif : "Ce secrétariat d’Etat était là pour nous aider… Ils font tout le contraire !", soupire Djamel. Et pourtant Manuel Valls est venu en personne leur faire des promesses.

De son côté, la secrétaire d'Etat nous a assuré dimanche que Djamel recevrait enfin sa carte d'invalidité lundi, mardi au plus tard [Mise à jour : reçu ce lundi par la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, Djamel a finalement reçu sa carte d'invalidité]. Djamel, lui, ne la croit plus : "Si elle le dit, elle le dit. Mais je ne la crois pas…Elle m’a déjà menti." Cela fait des mois qu'il attend ce papier sur son lit d'hôpital.