Amiens. Cinq interpellations "en lien direct" avec les affrontements

Quatre personnes ont notamment été arrêtées dans les quartiers nord de la ville, précise l'envoyé spécial de France 2.

Des véhicules de police stationnent dans le quartier d\'Amiens-Nord (Somme), le 15 août 2012.
Des véhicules de police stationnent dans le quartier d'Amiens-Nord (Somme), le 15 août 2012. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

JUSTICE - Les forces de l'ordre ont procédé à cinq interpellations, dans la nuit de mercredi à jeudi 16 août, "en lien direct" avec les affrontements entre émeutiers et policiers, survenus dans les nuits de dimanche à lundi et de lundi à mardi dans les quartiers nord d'Amiens (Somme). Seize policiers ont été blessés à la suite de ces violences ; un centre de loisirs, une salle de sports et une école maternelle ont été incendiés, représentant un coût de plusieurs millions d'euros.

L'envoyé spécial de France 2 sur place, Clément Le Goff, précise que sur cinq personnes, quatre ont été arrêtées dans les quartiers nord de la ville. La préfecture a souligné "l'efficacité du service d'ordre" qui a "mené à des débuts d'interpellation". 

Un mineur de 15 ans interpellé

Selon les autorités, il s'agit de cinq hommes, dont un mineur âgé de 15 ans. Le plus âgé a 30 ans. Deux d'entre eux ont été interpellés en flagrant délit de tentative d'incendie dans la nuit de mercredi à jeudi, et un autre était recherché pour rébellion après les événements des derniers jours. D'autres interpellations devraient donc suivre. Des vidéos réalisées par l'hélicoptère de la gendarmerie et par des policiers lors des violences, sont notamment en cours d'examen.

Les quartiers Nord d'Amiens ont passé la nuit de mercredi à jeudi sous surveillance accrue des renforts policiers mis en place mardi. Cent policiers avaient été envoyés en renfort, portant à 250 le nombre des agents des forces de l'ordre mobilisés, dont deux compagnies de CRS, munies de canons à eau. Comme lors de la nuit précédente, il n'y a eu aucun incident majeur entre mercredi et jeudi.