Accusé de viol et de corruption de mineurs, Norman Thavaud a été confronté à quatre plaignantes

Le youtubeur Norman Thavaud est accusé par six femmes de viol et de corruption de mineures. Après 36 heures de garde à vue, il a été relâché sans poursuite en attendant la décision du parquet de Paris.

Article rédigé par
Margaux Stive - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le youtubeur Norman Thavaud. (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)

Norman Thavaud a été confronté mardi à quatre plaignantes dans le cadre de l'enquête ouverte pour viol et corruption de mineurs, a appris mercredi 7 décembre franceinfo de source proche du dossier. Au total, six femmes ont porté plainte contre le youtubeur connu pour sa chaîne Norman fait des vidéos, cinq d'entre elles étaient mineures au moment des faits.

>> Ce que l'on sait des accusations de viols et corruption de mineures qui visent le youtubeur

Le youtubeur aux 12 millions d'abonnés a été placé en garde à vue lundi dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte en janvier 2022 et confiée à la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire de Paris. Pendant 36 heures, il a été entendu dans les locaux de la police judiciaire parisienne et lors des auditions, il a nié toute contrainte. Mardi soir, sa garde à vue a finalement été levée sans poursuite à ce stade. Le dossier a été transmis au parquet de Paris, qui devra décider de la suite de l'enquête.

L'une des plaignantes qui ont été confrontées à Norman Thavaud est une fan québécoise, Maggie Desmarais. Elle avait accusé publiquement il y a deux ans le youtubeur de l'avoir manipulée pour obtenir des photos à caractère sexuel, quand elle avait 16 ans et lui 30 ans. Cinq autres femmes dénoncent pour leur part des viols. Elles racontent également avoir échangé des photos avec le youtubeur sur les réseaux sociaux. Selon ces plaignantes, Norman Thavaud leur en demandait et en envoyait aussi, notamment des photos de lui en érection.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.