Cet article date de plus d'un an.

Etats-Unis : la Cour suprême prépare la fin du droit constitutionnel à l'avortement, selon un document dévoilé par le média américain Politico

D'après le site d'information, la plus haute juridiction du pays a rédigé une décision qui renverserait le fameux arrêt Roe contre Wade, qui a fait de l'avortement un droit constitutionnel en 1973. Ce revirement, s'il entrait en vigueur, serait une victoire pour les Etats conservateurs qui multiplient les restrictions contre l'IVG.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des manifestantes devant la Cour suprême américaine, à Washington DC, le 2 mai 2022. (KEVIN DIETSCH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une information qui a fait l'effet d'une bombe. La Cour suprême américaine se prépare à renverser l'arrêt historique qui a fait de l'avortement un droit constitutionnel aux Etats-Unis, d'après le site d'information américain Politico, qui s'appuie sur la fuite sans précédent d'un document d'une centaine de pages. Une menace pour le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), et une victoire pour les Etats conservateurs.

Le média affirme, lundi 2 mai, s'être procuré l'avant-projet d'une décision majoritaire (en anglais), rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et daté du 10 février. Dans celle-ci, la Cour suprême affirme que l'arrêt Roe contre Wade, qui a acté en 1973 que la Constitution américaine protège le droit des femmes à avorter, est "totalement infondé dès le début""La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque Etat de réglementer ou d'interdire l'avortement", qui "constitue une question morale profonde" et "n'est pas profondément enraciné dans l'histoire et les traditions de la nation", selon le juge.

Le droit à l'IVG déjà restreint dans de nombreux Etats américains

Le texte peut faire l'objet de négociations jusqu'au 30 juin, mais s'il est mis en place, les Etats-Unis reviendront à la situation en vigueur avant 1973, quand chaque Etat était libre d'autoriser ou d'interdire les avortements. C'est la dernière option qui est retenue par de plus en plus d'Etats dirigés par les républicains. La grande majorité a déjà mis en place des restrictions qui rendent l'avortement difficile, voire impossible.

Les réactions des soutiens du droit à l'avortement aux Etats-Unis ont été immédiates. La décision constituerait "une abomination, l'une des décisions les pires et les plus dommageables de l'histoire moderne", ont estimé dans un communiqué conjoint (en anglais) la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef des sénateurs démocrates, Chuck Schumer.

"Inscrire Roe v. Wade dans la loi"

"Soyons clair : c'est un avant-projet. Il est scandaleux, sans précédent mais pas final. L'avortement reste votre droit et est encore légal", a tweeté l'organisation Planned Parenthood, qui gère de nombreuses cliniques pratiquant des avortements. Environ 200 défenseurs du droit à l'avortement se sont réunis spontanément dans la soirée devant la Cour suprême à Washington, et plusieurs élus démocrates ont estimé que cette décision de justice appelait à "inscrire Roe v. Wade dans la loi", comme l'a déclaré la sénatrice démocrate Amy Klobuchar sur Twitter.

Mais la mesure fait l'objet d'une obstruction féroce des républicains, qui bloquent une proposition en ce sens au Sénat et ont salué une victoire très attendue. "C'est la meilleure et la plus importante nouvelle de notre vie", a commenté la représentante Marjorie Taylor Green, alors que son confère Josh Hawley appelait la plus haute juridiction américaine à publier "dès maintenant" son arrêt.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.