Avortement : un parcours de combattantes

L'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est-il respecté ? France 2 a suivi le parcours de femmes souhaitant avorter.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Interrompre sa grossesse est un des choix les plus difficiles dans la vie d'une femme. 44 ans après son autorisation, comment cet acte est-il accepté par la société ? 2/3 des femmes choisissent la méthode médicamenteuse ; elle est possible quand la grossesse est peu avancée. Souvent peu ou mal accompagnées par leur médecin généraliste, les jeunes femmes vivent souvent seules leur interruption de grossesse. "C'était froid, je n'ai pas eu de conseils", confie une étudiante sur son rapport avec un professionnel du corps médical. Parfois, il faut aussi affronter le regard des autres et leurs jugements.

Des images de l'embryon montrées par certains médecins

Mais les maladresses et les résistances viennent parfois des médecins. Lorsqu'ils pratiquent l'échographie, certains spécialistes montrent l'image de l'embryon aux femmes. Sur l'ordonnance d'IVG, il est désormais précisé à chaque fois : "ni sons, ni images". La ministre de la Santé a lancé une enquête nationale sur l'accès à l'IVG ; les conclusions sont attendues d'ici fin mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un passant s\'arrête devant une œuvre du street-artist Emmanuel Mahn indiquant \"L\'IVG, c\'est sacré\", à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 8 mars 2017.
Un passant s'arrête devant une œuvre du street-artist Emmanuel Mahn indiquant "L'IVG, c'est sacré", à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 8 mars 2017. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)