Info franceinfo La Cnil s'autosaisit après la publication d'une liste de personnalités "islamogauchistes" sur le site d'extrême droite Fdesouche

Cette liste mentionne les noms de plusieurs centaines de personnes ayant signé un appel en faveur d'une marche contre l'islamophobie mais y ajoute la profession ou encore le positionnement politique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Fichier Excel attribué au site Fdesouche recensant des profils supposés "islamogauchistes" par ce site d'extrême droite. (CAPTURE D'ECRAN)

Après la publication d'une liste de plusieurs centaines de noms de personnalités supposées "islamogauchistes" par le site d'extrême droite Fdesouche, la Cnil annonce à franceinfo vendredi 17 septembre s'être autosaisie de cette affaire révélée par le journaliste Taha Bouhafs qui figure sur ce fichier Excel qu'il a partagé sur les réseaux sociaux.

Taha Bouhafs porte plainte contre X ce même jour pour traitement illégal de données à caractère personnel, a indiqué à franceinfo son avocat Arié Alimi. Sur son compte Twitter le journaliste qui travaille pour LeMediaTV, indique avoir découvert cette liste en août et "alerté son avocat". Il appelle d'autres personnes fichées à le rejoindre pour mener "une action pénale collective".

L'immense majorité des personnalités figurant sur ce fichier ont signé un appel en faveur d'une marche contre l'islamophobie en novembre 2019. Cet appel avait été publié sur le site Mediapart.

Des noms, des professions, des positionnements politiques mentionnés

Pour le site Fdesouche, ces accusations de fichage n'ont pas lieu d'être car ils n'ont fait que publier "la liste publique des signataires" de cet appel, se défend Pierre Sautarel, animateur du site, joint par franceinfo. Pour lui "ces noms sont exclusivement extraits de la tribune de Mediapart", c'est selon lui "un travail de journaliste".

Le fichier que publie "Fdesouche" mentionne tout de même le mot "Islam", en face de certains noms. Leur métier "journaliste, avocat, médecin", ou leur positionnement politique (EELV, France Insoumise) ou leur action au sein d'un syndicat.

Selon Pierre Sautarel, ces précisions sont là pour "valoriser l'information, pour comprendre qui étaient les signataires. Il n'y a rien d'immoral à copier-coller. Ce n'est pas de l'intimidation ou du fichage. L'erreur c'est de l'avoir fait sous forme de tableau".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Islamophobie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.