Opération antimigrants dans les Pyrénées : ouverture d'une enquête préliminaire contre Génération identitaire

Une trentaine de militants du groupuscule d'extrême droite s'étaient déployés au col du Portillon, à la frontière espagnole, pour lutter contre ce qu'ils appellent le "risque migratoire".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Action des activistes d'extrême droite de Génération identitaire au Col de l'Echelle, le 21 avril 2018. (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Une enquête préliminaire pour "provocation publique à la haine raciale" a été ouverte mardi 26 janvier après une opération antimigrants dans les Pyrénées du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire. Selon le procureur Christophe Amunzateguy, cette enquête a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Une plainte de SOS Racisme a notamment été déposée.

La semaine dernière, une trentaine de militants s'étaient déployés entre Luchon et la frontière espagnole, au col du Portillon. Selon un message de Génération identitaire posté sur les réseaux sociaux, l'objectif de cette opération dans le cadre de leur campagne baptisée "Défend Europe" était de lutter contre le "risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées".

La dissolution de Génération identitaire, réclamée de longue date par plusieurs associations et partis politiques, a été évoquée pour la première fois mardi par Gérald Darmanin, "scandalisé" par cette opération antimigrants dans les Pyrénées. D'après France Bleu, les organisateurs de cette action devraient être rapidement entendus par les enquêteurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.