Cet article date de plus de sept ans.

Hollande : le dialogue social "ne peut pas être une perpétuelle surenchère"

Dans son discours prononcé en ouverture de la conférence sociale, François Hollande a fixé des objectifs sur l'apprentissage ou le décrochage scolaire, et demandé au patronat de se saisir "en urgence" du pacte de responsabilité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (François Hollande a revendiqué "le dialogue social" © REUTERS/Benoit Tessier)

Dans un climat tendu, François Hollande a ouvert ce lundi la troisième conférence sociale de son quinquennat. Il s'est exprimé à l'issue d'une rencontre avec les partenaires sociaux : si tous les invités ont participé à la réunion, deux syndicats, FO et la CGT, ont annoncé qu'ils comptaient boycotter la seconde journée de mardi.

Le chef de l'Etat a défendu sa méthode du "dialogue social " et rappelé qu'il ne "peut pas être une perpétuelle surenchère ". "Cette méthode a ses exigences ", a-t-il ajouté, estimant toutefois qu'"il faut laisser à chacun et à chacune la liberté de décider de participer ou non" à ces moments de dialogue entre "l'ensemble des acteurs, des forces vives de la nation".

Plus d'apprentissage

Du côté des annonces, François Hollande a présenté plusieurs mesures portant notamment sur l'emploi des jeunes. Il fixe comme objectif d'accueillir d'ici 2016 quelque 10.000 apprentis dans la fonction publique, où ils ne sont que 700.

Il a aussi annoncé que l'aide de l'Etat liée au contrat de génération serait doublée en cas de recrutement simultané d'un jeune et d'un chômeur de longue durée.

Pour ce qui est de la lutte contre le décrochage scolaire, François Hollande souhaite que les moyens du service civique, qui accueille actuellement 5.000 "décrocheurs ", soient augmentés afin qu'il en accueille le double.

Enfin, une rencontre "au plus haut niveau " sera organisée en septembre  afin de lever les obstacles au développement de l'apprentissage.

Le chômage de longue durée "cause nationale"

Le chômage de longue durée fait également partie des préoccupations du chef de l'Etat, qui a décidé de l'ériger "cause nationale ". Un accord doit être conclu en ce sens, afin que partenaires sociaux et entreprises soient mobilisés.

Le pacte de responsabilité, sujet central de cette conférence, a également été défendu par le président comme un "cadre d'action sur les trois prochaines années ". Le président a demandé aux branches professionnelles (le patronat) qui ne se sont pas encore réunies pour le mettre en place de "s'emparer du sujet de manière urgente pour aboutir à de vrais résultats ". Un groupe d'évaluation de ces négociations doit se réunir en septembre pour évaluer leur avancée dans chacune des 50 principales branches de l'économie française.

La feuille de route sociale de l'année à venir sera énoncée mardi à l'issue de la conférence, par Manuel Valls.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.