VIDEO. "Quelle est notre responsabilité collective ?" : Adèle Haenel explique pourquoi elle a choisi de dénoncer les agressions sexuelles dans le cinéma

Dans une vaste enquête publiée la veille par le site internet, l'actrice de 30 ans accuse ainsi Christophe Ruggia d'"attouchements" et de "harcèlement sexuel" alors qu'elle était âgée de 12 à 15 ans.

La comédienne Adèle Haenel, le 29 septembre 2019 à New York.
La comédienne Adèle Haenel, le 29 septembre 2019 à New York. (MIKE COPPOLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"J'ai compris qu'il ne s'agissait pas que d'une histoire privée, mais que c'était une histoire publique." Dans un long entretien vidéo accordé à Mediapart, lundi 4 novembre, la comédienne Adèle Haenel est revenue sur les raisons qui l'ont poussée à briser le tabou des violences sexuelles dans le milieu du cinéma.

Dans une vaste enquête publiée la veille par le site internet, l'actrice de 30 ans accuse ainsi Christophe Ruggia, avec qui elle a tourné son premier film Les Diables, d'"attouchements" et de "harcèlement sexuel" alors qu'elle était âgée de 12 à 15 ans. Une mise en cause qui a valu au cinéaste une radiation de la Société des réalisateurs de films.

"Les monstres, ça n'existe pas"

Visiblement émue, la jeune femme a expliqué ne pas tant chercher à pointer du doigt un individu que d'interroger la responsabilité de la société française sur les violences faites aux femmes.

"L'idée, ce n'est pas de dire : 'il y a des monstres !' (...) Les monstres ça n'existe pas. C'est notre société. C'est nous, nos amis, nos pères. Il faut regarder ça", a-t-elle expliqué, en répondant à une question à propos du cinéaste Roman Polanski, poursuivi aux Etats-Unis pour le viol d'une mineure en 1977.

[Le cas Polanski] est un emblématique d'une société dans laquelle 1 femme sur 5 – et je suis gentille – est confrontée à une violence causée 98% du temps par des hommes. Donc on peut quand même interroger la manière dont on construit la virilité aujourd'hui.Adèle Haenelà Mediapart

"Je dois le fait de pouvoir parler à celles qui ont parlé avant dans le cadre du [mouvement] #MeToo", a ajouté la comédienne. "C'est une responsabilité pour moi (...), j'ai un confort matériel qui fait que je ne suis pas dans la même précarité que la plupart des gens à qui ça arrive. Je voulais leur parler à eux. Leur dire qu'ils ne sont pas tout seuls."

Adèle Haenel "choquée" par les démentis de Christophe Ruggia

Christophe Ruggia a répondu par le biais de ses avocats qu'il "réfutait catégoriquement avoir exercé un harcèlement quelconque ou toute espèce d'attouchement sur cette jeune fille alors mineure". "Qu'il y ait une emprise involontaire de l'adulte, metteur en scène, c'est probable", mais "il nie catégoriquement les attouchements et le harcèlement sexuel", a réaffirmé lundi son avocat Jean-Pierre Versini.

"Je suis choquée qu'il démente", a déclaré Adèle Haenel lundi soir dans une émission en direct diffusée par le site de Médiapart. "Je suis encore plus choquée par le fait qu'il dise qu'il m'a 'découverte' [comme actrice], parce qu'en fait, il m'a surtout détruite", a-t-elle ajouté.