Une étudiante sur vingt dit avoir déjà été victime de viol

L'Observatoire étudiant des violences sexuelles et sexistes dans l'Enseignement supérieur a réalisé cette enquête pour évaluer l'ampleur du phénomène.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants sur le campus de Pessac (Bordeaux), lors de leur rentrée universitaire, le 9 septembre 2020. (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

Des chiffres pour documenter les violences sexuelles dans le milieu étudiant. Selon une étude publiée lundi 12 octobre, une étudiante sur vingt a déjà été victime de viol. Un questionnaire, diffusé en ligne entre avril et décembre 2019 auprès des étudiants d'une cinquantaine d'universités, prépas, grandes écoles, BTS et DUT, a reçu 10 381 réponses, majoritairement de femmes (76%). Cette enquête a été réalisée par l'Observatoire étudiant des violences sexuelles et sexistes dans l'Enseignement supérieur, qui s'est constitué en mai 2019 avec l'objectif d'évaluer l'ampleur du phénomène.

Des violences sous l'emprise de l'alcool

D'après les données recueillies, une étudiante sur vingt (5%) dit avoir été victime de viol et qu'une étudiante sur 10 (11%) affirme avoir été victime d'agression sexuelle. C'est aussi le cas de 5% des hommes, selon cette étude. L'effet de groupe (20%), l'impunité (18%), la consommation excessive d'alcool (18%) et le manque d'éducation des étudiants (18%) sont les causes de violence les plus souvent énoncées dans le questionnaire.

Au total, 34% des étudiants déclarent avoir été victimes ou témoins de violences sexuelles : pour 24% d'entre eux, les violences ont été subies sous l'emprise de l'alcool. Les faits de violence physique sont plutôt commis en soirée ou en week-end hors du campus : c'est le cas pour 56% des viols. Ces violences sont principalement le fait d'étudiants. "Il s'agit donc souvent du cercle d'amis proches et de personnes connues de la victime", soulignent les auteurs du rapport.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.