Cet article date de plus de trois ans.

Onze journalistes accusent un cadre de "Sud Ouest" de harcèlement sexuel

Selon Buzzfeed, une enquête interne a été ouverte. Le cadre aurait envoyé de nombreux SMS et e-mails déplacés à des collaboratrices du journal.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les locaux du quotidien "Sud Ouest", le 30 janvier 2018 à Bordeaux (Gironde). (SERGE ATTAL / ONLY FRANCE / AFP)

Le mouvement #balancetonporc n'est pas terminé. Onze journalistes ou anciennes journalistes de Sud-Ouest accusent un cadre du quotidien régional de harcèlement sexuel, rapporte mercredi 31 janvier Buzzfeed. "Dans la plupart des cas, les victimes l'accusent de leur avoir envoyé des dizaines de messages tendancieux alors que ni leur poste ni leur relation ne justifiaient ce type d'échanges", résume le site.

C'est le témoignage mi-octobre d'une ancienne journaliste du titre, Pauline Boyer, qui a déclenché l'affaire. Sous le mot clé #balancetonporc, elle raconte des faits de harcèlement.

Son compagnon, journaliste lui aussi, précise qu'il s'agit d'un cadre de Sud-Ouest. Comme le raconte Buzzfeed, ce témoignage déclenche un profond malaise au sein du journal et d'autres femmes décident de raconter ce qu'elles ont subi. Le cadre, dont le nom n'est pas révélé, aurait par exemple envoyé le SMS suivant à une journaliste en CDD : "Je suis dans mon bain, je pense à toi." Une autre raconte avoir été abreuvée d'"emails curieux" tard le soir. "Je ne savais pas trop comment réagir, j'étais précaire. Je répondais de façon polie mais toujours lapidaire", explique-t-elle à Buzzfeed.

Contacté par le site, Patrick Venries, le directeur de la publication de Sud-Ouest, a indiqué qu'une "enquête interne" avait été ouverte. "Nous allons recueillir les témoignages, ensuite les confronter et statuer", assure-t-il. Le cadre concerné n'a pas été suspendu pour le moment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.