Les faits de violences sexuelles enregistrés par la police et la gendarmerie ont augmenté de 12% en 2019

Cette synthèse du ministère de l'Intérieur s'appuie sur des données enregistrées par la police et la gendarmerie, complétées par des statistiques issues de l'enquête annuelle de victimisation pour la mesure des dépôts de plaintes. 

Le message \"Stop violeurs\" collé sur un mur dans une rue de Paris, le 12 novembre 2019. 
Le message "Stop violeurs" collé sur un mur dans une rue de Paris, le 12 novembre 2019.  (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

L'affaire Weinstein, les campagnes en faveur de la libération de la parole des victimes ou encore le mouvement #MeToo, sont autant de facteurs susceptibles d'expliquer cette hausse. Selon une première analyse de la délinquance en France métropolitaine publiée jeudi 16 janvier par le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), les faits de violences sexuelles enregistrés par la police et la gendarmerie ont augmenté de 12% en 2019. En 2018, ils avaient déjà augmenté de 19%. 

Pour le service statistique, ces chiffres s'expliquent "par une évolution du comportement de dépôts de plainte des victimes" et s'inscrivent "dans un contexte d'amélioration des conditions d'accueil des victimes par les services".

Une hausse de 19% des viols enregistrés 

Le SSMSI a fait part de 54 100 faits de violences sexuelles enregistrés l'année dernière dans l'Hexagone, avec notamment un nombre de viols en hausse (+19%). Les autres agressions sexuelles, y compris le harcèlement sexuel, augmentent de 8%.

Cette synthèse du mnistère de l'Intérieur revient également sur les autres formes de violences et s'appuie sur des données enregistrées par la police et la gendarmerie, complétées par des statistiques issues de l'enquête annuelle de victimisation pour la mesure des dépôts de plaintes notamment, précise le SSMSI. Ainsi, les coups et blessures volontaires sur personne de 15 ans et plus progressent de 8%, mais si l'on exclut les violences intra-familiales, cet indicateur augmente de 4% (contre +6% l'an dernier). Les vols sans violence contre des personnes progressent de 3%, tandis que les vols avec armes et les cambriolages de logements, en nette baisse en 2018, restent stables.

Un bilan complet, avec les données consolidées de 2019, sera publié fin mars. Il fera notamment le point sur les féminicides, ce qui n'est pas le cas dans la synthèse publiée jeudi où sont recensés 970 homicides (y compris les coups et blessures volontaires suivis de mort), en augmentation de 9%, par rapport à 2018.