Le ténor espagnol Placido Domingo, accusé de harcèlement sexuel par une vingtaine de femmes, leur demande pardon

"J'accepte toute la responsabilité de mes actes", a déclaré Placido Domingo dans un communiqué publié mardi. Il avait jusqu'à présent fermement nié les accusations le visant. 

Le ténor espagnol Placido Domingo, lors d\'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 15 octobre 2019. 
Le ténor espagnol Placido Domingo, lors d'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 15 octobre 2019.  (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Il prend la parole, six mois après les premières révélations le concernant. Le ténor espagnol Placido Domingo, accusé aux Etats-Unis de harcèlement sexuel par une vingtaine de femmes, leur a demandé pardon en se disant "sincèrement désolé pour la souffrance causée", dans un communiqué publié mardi 25 février. "J'accepte toute la responsabilité de mes actes", a-t-il indiqué. Il avait jusqu'ici toujours fermement nié ces accusations.

Dans une enquête publiée en août par l'agence Associated Press (en anglais), neuf femmes ont affirmé avoir été harcelées par le chanteur lyrique de 79 ans à partir de la fin des années 1980. L'agence a publié en septembre une seconde enquête, affirmant que onze autres femmes, se disant elles aussi victimes, s'étaient manifestées.

Dans son communiqué, Placido Domingo assure "avoir pris le temps ces derniers mois de réfléchir aux accusations" et indique "comprendre maintenant que certaines femmes aient pu avoir peur de s'exprimer honnêtement en raison de la crainte d'un impact sur leur carrière".

Des concerts annulés aux Etats-Unis

Après ces accusations de harcèlement sexuel, Placido Domingo avait quitté en octobre la direction de l'opéra de Los Angeles, qu'il occupait depuis 2003. Il a aussi renoncé à se produire au Metropolitan Opera de New York tandis que d'autres opéras américains ont annulé ses représentations. Le ténor espagnol a en revanche continué à se produire en Europe.

Cette demande de pardon intervient au lendemain de la décision d'un jury de Manhattan de déclarer le producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein coupable d'agression sexuelle et de viol, un verdict applaudi par le mouvement #MeToo.