Le PCF suspend un de ses militants accusé de viol par une jeune femme au sein du parti

Dans un communiqué, le parti demande également au militant de "démissionner" de son mandat de conseiller municipal de Blois.

Un drapeau du PCF, le 1er mai 2016, à Nantes (Loire-Atlantique). 
Un drapeau du PCF, le 1er mai 2016, à Nantes (Loire-Atlantique).  (LOIC VENANCE / AFP)

Le PCF a annoncé la "suspension" d'un adhérent accusé de viol par une militante du Mouvement jeunes communistes de France (MJCF), lundi 4 mars. Dans un communiqué, le parti lui demande également de "démissionner" de son mandat de conseiller municipal de Blois.

Cette suspension fait suite à la publication d'un article, publié par L'Obs le 24 février, dans lequel deux femmes du MJCF racontent avoir été violée et agressée sexuellement par deux militants. Selon l'hebdomadaire, l'une des jeunes femmes a porté plainte pour viol le 24 octobre.

Après l'audition de l'une des victimes, lundi, le PCF a décidé de la "suspension des droits" de son agresseur présumé, a expliqué à l'AFP Hélène Bidard, responsable nationale de la commission féminisme et droits des femmes du PCF. L'autre victime doit être entendue par le parti mardi.