INFO FRANCEINFO. Une Française sur trois a déjà été agressée ou harcelée sexuellement au travail

Une étude réalisée par l'Ifop, et révélée par franceinfo mardi soir, montre que la proportion de femmes affirmant avoir été agressées ou harcelées sexuellement sur leur lieu de travail est passée de 20 à 32% depuis 2014.

Une Française sur trois a déjà été victime de harcèlement sexuel ou d\'agression sexuelle au travail, selon une note de la Fondation Jean-Jaurès, dévoilée le 28 février 2018.
Une Française sur trois a déjà été victime de harcèlement sexuel ou d'agression sexuelle au travail, selon une note de la Fondation Jean-Jaurès, dévoilée le 28 février 2018. (ODILON DIMIER / PHOTOALTO / GETTY IMAGES)

Elles sont de plus en plus nombreuses. Selon une note de la fondation Jean-Jaurès basée sur une étude de l'institut Ifop*, à paraître mercredi 28 février, et que franceinfo révèle mardi soir, 32% des femmes françaises affirment avoir déjà été victime de harcèlement sexuel ou d'agression sexuelle sur leur lieu de travail. La proportion est en forte hausse (+12 points) par rapport à une précédente enquête également réalisée par l'Ifop (PDF) en janvier 2014. Mais difficile de savoir si cette augmentation s'explique par une multiplication des cas ou par une prise de conscience de ces situations.

Main aux fesses, baisers volés... Une réalité pour plus d'une femme sur 10

Selon ce nouveau sondage réalisé auprès d'un échantillon de plus de 2 000 femmes, 19% d'entre elles ayant travaillé au cours de leur vie ont fait l'objet de sifflements, de gestes ou de commentaires grossiers de façon répétée. 14% ont déjà essuyé, là encore de manière répétée, des remarques gênantes sur leur tenue ou leur physique. 

Nombreuses sont également les femmes qui ont subi une forme "physique" de harcèlement : 24% ont ainsi subi des "contacts physiques légers" (effleurement des mains, des cheveux, du visage ou des jambes), quand 13% affirment même avoir déjà subi des attouchements sur une zone génitale ou érogène (main aux fesses, étreinte forcée, baiser volé...). 

Célibataires, minces, lesbiennes... Certaines femmes davantage "ciblées" que d'autres

"Toutes les femmes ne sont pas exposées au même risque de harcèlement", relève cependant François Kraus, directeur de l'expertise "genre, sexualités et santé sexuelle" à l'Ifop. Ainsi les femmes célibataires, "sans doute parce que perçues comme 'disponibles'", apparaissent davantage victimes de harcèlement sexuel au travail. De même, les femmes minces, qui affichent un IMC inférieur à la normale, sont 43% à avoir été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail, contre 27% pour les femmes souffrant d'obésité.

Autre constat relevé par l'Ifop, les femmes bisexuelles et lesbiennes sont par ailleurs bien plus nombreuses à témoigner de cas de harcelèment sur leur lieu de travail que les femmes hétérosexuelles. "C'est comme si, dans un monde du travail valorisant assez peu l’anticonformisme, leur transgression des normes de genre les exposait plus à des risques de 'rappels à l’ordre' de leurs collègues masculins", note François Kraus. 

Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont également presque deux fois plus nombreuses (40%) que les ouvrières (23%) à affirmer avoir subi des situations de harcèlement ou d'agressions sexuelles. Par ailleurs, seule une minorité de femmes déclare que l’auteur de l'agression était un supérieur hiérarchique, quand, dans une majorité des cas, il s'agit d'un collègue, d'un client, d'un fournisseur...

*Sondage Ifop pour le site VieHealty.com réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 26 au 29 janvier 2018, auprès d’un échantillon de 2 008 femmes, représentatif de la population féminine résidant en France métropolitaine âgée de 15 ans et plus. Dans cet échantillon, 92% des femmes interrogées ont déjà travaillé au cours de leur vie.