Bouches-du-Rhône : une étudiante de Sciences-Po Aix affirme avoir été humiliée par un professeur

Une étudiante de Sciences-Po Aix (Bouches-du-Rhône) affirme avoir été la cible de moqueries à caractères sexuel sur les réseaux sociaux. Elle met notamment en cause un chargé de travaux dirigés.

Sur les réseaux sociaux, des dizaines de témoignages affluent sous le #SciencesPorcs afin de dénoncer des agressions sexuelles ou sexistes dans les différents Instituts d'études politiques (IEP) de France. À Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), la direction dit tomber des nues. "Nous sommes renversés par cette situation. Il n'y a aucune culture de l'impunité ou du silence. Il n'y pas de loi du silence chez nous, contrairement à ce que j'ai pu lire parfois", insiste Mehdi Rostane, directeur de Sciences-Po Aix.

Jeu de mots à caractère sexuel

En octobre dernier, une étudiante qui se fait appeler Julie a saisi la cellule d'écoute de Sciences-Po Aix. "J'avais embrassé un garçon de mon école avec qui ça s'était mal fini. J'ai découvert sur Facebook par le biais de commentaires qu'il avait fait un t-shirt avec un jeu de mots sur mon nom de famille", témoigne-t-elle. Ce jeu de mots était à caractère sexuel et la jeune fille l'a retrouvé sur des photos publiées sur les réseaux. "Cette personne est un chargé de TD, donc professeur. Il a joué avec ce t-shirt avec sa visibilité de prof dans un évènement de 2 500 personnes. Je me suis vraiment senti humiliée et je me suis dit qu'il faisait ça dans l'impunité la plus totale", poursuit Julie.

Un détail de la façade de Sciences Po Paris, dans le 6e arrondissement de la capitale.
Un détail de la façade de Sciences Po Paris, dans le 6e arrondissement de la capitale. (DANIEL THIERRY / PHOTONONSTOP / AFP)