Le président du CNC Dominique Boutonnat mis en examen pour "agression sexuelle" et "tentative de viol" après une plainte de son filleul

Son filleul a porté plainte en octobre et l'accuse de l'avoir agressé sexuellement l'été dernier et d'avoir tenté de le violer.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le 13 septembre 2019. (XAVIER LEOTY / AFP)

Accusé d’agression sexuelle et de tentative de viol par son filleul, Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), a été mis en examen jeudi 11 février pour agression sexuelle et tentative de viol a a appris franceinfo auprès du parquet de Nanterre. Il avait été déféré dans la matinée devant un juge d'instruction dans le cadre de l'ouverture d'une information judiciaire ouverte ce même jour. 

Conformément aux réquisitions du parquet, le président du CNC a également été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contact avec la victime et de se rendre au domicile des parents de la victime.

Dominique Boutonnat était entendu depuis mercredi matin en garde à vue. Par ailleurs, la police judicaire des Hauts-de-Seine a procédé mercredi à des perquisitions à son domicile et au CNC. Elles n'ont pas permis d'apporter des éléments nouveaux pour l'instant dans cette affaire.

Dominique Boutonnat "serein" 

Son filleul, majeur, dénonce un fait unique remontant à l’été dernier. Le jeune homme, qui n'a pas de lien de parenté avec Dominique Boutonnat, a déposé plainte le 7 octobre. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre. "Mon client conteste fermement les faits d'agression sexuelle et de tentative de viol", affirme l’avocat de Dominique Boutonnat, Emmanuel Marsigny, joint par franceinfo. Dominique Boutonnat "est totalement serein sur l'évolution de la procédure". L'avocat dénonce "une précipitation tout à fait critiquable".

Dans un message qu'il a fait parvenir à franceinfo, il parle de "faits contestés" et déplore "qu’aucune confrontation n’ait été organisée", dans cette affaire. "Il s’agit pourtant d’un droit fondamental pour toute personne mise en cause de pouvoir être confrontée au plaignant avant qu’une décision de cette nature soit prise", argumente Emmanuel Marsigny.

Dominique Boutonnat, 51 ans, dirige le CNC depuis le 24 juillet 2019. Il est également connu en tant que producteur de cinéma. Il a notamment produit les films L’Arnacoeur de Pascal Chaumeil, Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Toledano ou encore Polisse de Maiwenn.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.