Gleeden : entre "la recherche de compliments" et la "gourmandise insatiable"

Francetv info a interrogé des utilisateurs et des utilisatrices du site spécialisé dans les rencontres extraconjugales. Témoignages.

Un écran d\'ordinateur sur le site Gleeden, spécialisé dans les rencontres extraconjugales.
Un écran d'ordinateur sur le site Gleeden, spécialisé dans les rencontres extraconjugales. (LOIC VENANCE / AFP)

"Mettre un peu de piment dans une vie de couple victime de la routine." C'est ainsi qu'Élisa*, 34 ans, qui réside dans le Val-de-Marne, explique, vendredi 20 février, son arrivée sur le site Gleeden, spécialisé dans les rencontres extraconjugales.

Alors que le site est attaqué en justice par des associations catholiques, qui estiment que "derrière l'infidélité, il y a des enfants, des familles brisées, des drames familiaux", francetv info a recueilli les témoignages d'utilisateurs et d'utilisatrices du site directement sur la plateforme. 

"Des moments d'évasion loin de mon quotidien"

Intie a 37 ans. Son époux en a 57. Ils sont mariés depuis quatorze ans et en couple depuis seize. Accompagnée par "un sexologue renommé sur Paris et une psy", elle fréquente le site depuis septembre 2014 "après réflexion, avec l'objectif de trouver une agréable compagnie pour des moments d'évasion et de parenthèse loin de [s]on quotidien". Son quotidien ? Il ne la fait plus rêver. "Après des conflits conjugaux, un délaissement de la part de mon époux à mon égard, l'ennui et le manque de partage se sont installés dans le couple depuis longtemps, surtout à l'arrivée des enfants", explique cette femme qui habite à Paris.

Le couple d'Élisa est lui aussi victime de l'usure du temps. "Mon conjoint me considère comme acquis", indique-t-elle, ce qui a mené à "une envie de séduction". Elle dit avoir créé son profil il y a une dizaine de jours à la recherche de "quelques compliments". Et elle n'est pas déçue. "Je me suis inscrite pour me rassurer et mon ego est au beau fixe", se réjouit cette trentenaire qui n'a jamais eu d'aventures extraconjugales. Elle n'est "pas encore passée à l'acte"... mais elle est désormais tiraillée entre "la tentation et la culpabilité" après un coup de cœur sur Gleeden.

"C'est plutôt du blabla"

De son côté, Cléo, 31 ans, voit cela de façon récréative. Elle est sur Gleeden depuis un certain temps et elle y est arrivée de façon plutôt naturelle. En couple depuis huit ans, c'est une habituée des sites de rencontres. "J'aime tout ce qui est séduction mais je ne reste pas trop longtemps sur les sites, je peux vite m'en lasser", dit-elle. Et de lancer : "Je suis très audacieuse dessus."

Je peux dire des choses salaces, ça me fait rire, j'attends la réaction de mes interlocuteurs. J'envoie des photos sexy, pas vulgaires, j'insiste.Cléo, 31 ans, utilisatrice de Gleedenfrancetv info

Pour autant, son couple n'est pas vraiment en danger. "C'est plutôt du blabla, je ne me fais pas avoir, je reste vigilante", assure-t-elle. Et si elle n'a jamais trouvé un partenaire via un site de rencontre, elle trompe son conjoint avec un homme qu'elle a connu il y a un an. A l'époque, ils se sont vus à quelques reprises. Puis cet homme a rencontré une autre femme et a entamé une relation sérieuse. Lorsque cette dernière a pris fin, il y a deux mois, Cléo et lui se sont retrouvés. Son conjoint sait pour l'à-côté de l'année dernière mais il n'est pas au courant de la reprise.

"Je croule sous les propositions, c'est impressionnant"

Gleeden est gratuit pour les femmes. Pour les hommes, en revanche, il faut payer. Cela fonctionne par "crédits". Par exemple, envoyer un message pour la première fois à un destinataire coûte 5 crédits, en ouvrir un pour la première fois d'un expéditeur coûte 3 crédits. Les offres vont du "pack découverte" (25 crédits pour 14,99 euros) au pack VIP (accès illimité pour 499,99 euros) en passant par le pack de 400 crédits à 100 euros.

Malgré cela, les femmes sont débordées. "Je croule sous les propositions, c'est impressionnant", raconte Élisa. Expérience confirmée par celle de francetv info. Un faux compte de femme (36 ans, à Paris) a été créé pour les besoins de cet article. Moins de quinze secondes après la confirmation de la création, un homme nous a parlé sur le chat du site avec un simple "Bonjour". En moins de trois minutes, le profil vierge (sans photo, sans aucune information remplie) est consulté par sept personnes. En moins de dix minutes, une vingtaine de personnes sont passées sur le profil et une personne l'a déjà mis dans ses favoris.

"Des envies coquines"

Surtout, ce qui marque, c'est le côté très direct des hommes. En moins de dix minutes en ligne, nous recevons cette proposition par la messagerie interne du site :

Nous recevons également cette phrase d'accroche d'un autre utilisateur via la messagerie instantanée.

Aussitôt interrogé par francetv info, et calmé dans son élan "coquin", ce Parisien de 39 ans accepte volontiers de répondre à nos questions. Ce père d'un enfant de quatre ans est sur Gleeden depuis "un gros mois" pour trouver des "sex friends". Cet homme marié depuis huit ans et en couple depuis dix ans, a déjà eu deux aventures durant ce laps de temps. A chaque fois, cela a duré deux ou trois rendez-vous, dans un hôtel, "entre midi et deux", avec des femmes déjà en couple.

Il assure qu'il ne s'agit pas de tomber amoureux, que personne n'a développé de sentiments, que tout était clair depuis le début, et qu'aucun couple n'a été en danger. Il affirme également qu'il a toujours une vie sexuelle satisfaisante avec sa femme. Mais que "l'envie de sexe" et sa "gourmandise insatiable" l'ont emporté. "Juste envie de nouveautés", écrit-il. Autour de lui, personne n'est au courant.

Le schéma est identique pour Alexandre, un Parisien de 43 ans. "Je suis marié depuis 2001. J'ai commencé à aller sur ce site il y a trois ans, parce que c'est à la fois direct et sécurisant pour préserver ma vie perso et familiale", explique-t-il. Ses rendez-vous se passent "essentiellement à midi, ou lors de deplacements professionnels". Et les sentiments ?

Je prends beaucoup de plaisir dans la conquête et les premiers émois mais je n'ai pas envie de m'installer dans quelque chose de sentimental.Alexandre, un utilisateur de Gleedenfrancetv info

Finalement, comme pour les autres utilisateurs interrogés par francetv info, il s'agit surtout de mettre du piquant dans le triptyque métro-boulot-dodo. Alexandre est clair : "Personne n'est au courant autour de moi. C'est comme une vie complètement parallèle et étanche."

 

*Tous les prénoms ont été modifiés.