Flux migratoire : davantage d'arrivées en France, mais les départs aussi en hausse

Entre 2006 et 2013, le solde migratoire a baissé en France, comme le constate une note de l'Insee publiée ce mardi. Autrement dit, depuis près de dix ans, la France accueille beaucoup plus d'immigrés, mais ils sont aussi de plus en plus nombreux à repartir.

(Illustration : la façade de l'Elysée, en décembre 2014 © MaxPPP)

Les chiffres publiés ce mardi dans la note de l'Insee sont clairs et pourrait combattre pas mal d'idées reçues. Le solde migratoire en France a baissé entre 2006 et 2013. Dans les faits, le nombre d'immigrés arrivés en France a augmenté sensiblement. On est passé de 193.000 immigrés arrivés en 2006, à 235.000 en 2013. Mais d'un autre côté les départs sont en hausse. En 2006, 29.000 personnes sont parties, contre 95.000 en 2013. Soit trois fois plus de départs. Cela conduit inévitablement à une baisse du solde migratoire. Pour les personnes immigrées, nées étrangères à l'étranger, la hausse a été de 164.000 en 2006 contre 140.000 en 2013.

Accroissement de la mobilité professionnelle de courte durée

Pour l'Insee, plusieurs éléments expliquent cette tendance et notamment "l'accroissement de la mobilité professionnelle de courte durée, notamment intra-européenne". Les immigrés sont amenés à se déplacer dans l'Union européenne pour le travail et choisissent donc de s'établir dans un autre Etat. Mais les départs s'expliquent aussi par les étudiants étrangers qui retournent dans leur pays une fois leurs études terminées.

Autre information de l'Insee, les Français sont de plus en plus nombreux à quitter le pays. Près de 200.000 en 2013, contre 138.000 en 2006. Là aussi ce sont pour beaucoup des jeunes de 18 à 29 ans qui s'en vont pour leurs études ou pour trouver leur premier travail.