Affaire Vincent Lambert : l'arrêt des soins divise les proches

L'arrêt des soins de Vincent Lambert, 42 ans, a débuté lundi 20 mai au CHU de Reims (Marne). Le patient, hospitalisé depuis 2008 dans un état végétatif, est le triste symbole du débat sur la fin de vie qui divise les proches.

France 2

Après six ans de procédure au Conseil d'État et à la Cour européenne des droits de l'Homme, la justice a décidé d'arrêter le traitement de Vincent Lambert. Les proches ont été avertis par courriel lundi 20 mai. Un courrier dans lequel le Dr Sanchez, chef de l'unité des soins palliatifs de l'hôpital Sébastopol de Reims (Marne), a confirmé lundi matin l'arrêt des soins fournis depuis 2008 à Vincent Lambert, 42 ans et dans un état végétatif profond.

Une famille qui continue à se déchirer

Un choc pour David Philippon. "On vient de l'apprendre froidement par mail. Vincent est sédaté", confie en pleurs le demi-frère de la victime. Vincent Lambert est endormi de façon profonde et continue par le personnel médical. Rachel, son épouse, a décidé de garder le silence. "Rachel Lambert a toujours eu la même position. C'est que les volontés de son époux soient respectées. Et cela depuis le début, depuis le moment où Vincent Lambert était en pleine possession de ses moyens. Aujourd'hui, elle voit ses volontés qui sont mises en oeuvre par le médecin. Elle ne peut qu'être satisfaite", abonde son avocat Me Pettiti. Les avocats des parents ont à nouveau saisi le Conseil d'État et la Cour européenne des droits de l'homme pour demander le maintien des soins de leur fils.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le CHU de Reims (Marne) où est hospitalisé Vincent Lambert, le 27 juin 2015.
Le CHU de Reims (Marne) où est hospitalisé Vincent Lambert, le 27 juin 2015. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)