Fin de vie : l'appel de Sylvain Chamoux

Alors qu'une proposition de loi sur la fin de vie est examinée par les députés, France 3 a rencontré un homme qui réclame le droit de choisir sa mort. Il est atteint d'une maladie dégénérative qui le paralyse progressivement. 

France 3

Pro et anti-euthanasie ont manifesté, ce mardi 10 mars, alors que les députés examinaient une proposition de loi sur la fin de vie. Le texte prévoit un droit à la sédation profonde, mais écarte l'idée d'un suicide médicalement assisté. Certains réclament le droit de choisir le moment et les circonstances de leur mort.
C'est le cas de Sylvain Chamoux. Âgé de 39 ans, il est atteint d'une maladie dégénérative qui le paralyse progressivement. Il y a deux ans, il pouvait encore conduire. "Mon corps s'affaiblit et je ne suis pas maître de lui. J'ai toute ma tête, donc j'ai conscience de tout ce qu'il faut faire", explique-t-il face à la caméra de France 3.

"Se délivrer des souffrances"

Il demande à pouvoir abréger lui-même ses souffrances le moment venu. "La personne qui dit non, je lui laisse ma place, ne serait-ce qu'une demi-journée, et elle comprendrait que ce n'est ni de la lâcheté ni un suicide, c'est se délivrer de toutes les souffrances", ajoute Sylvain Chamoux.
Avec l'aide d'une bénévole, il a envoyé des lettres à François Hollande, à la ministre de la Santé et au rapporteur de la loi pour une prise de conscience collective.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une personne âgée en fin de vie à l\'hôpital de La Rochelle (Charente-Maritime).
Une personne âgée en fin de vie à l'hôpital de La Rochelle (Charente-Maritime). (AUGE / SIPA)