Un questionnaire rempli par les parents à la place du certificat médical : "On met en danger la santé de nos enfants", s'alarme une médecin du sport

"Il est très clair que les enfants des familles défavorisées vont faire une attestation sans aller voir le médecin", alerte sur franceinfo Véronique Lebar, médecin du sport et présidente de l’association Comité Ethique et Sport.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un enfant en stage de football à Genevilliers, le 15 avril 2021. (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

Un questionnaire de santé, équivalent à une attestation parentale, va désormais remplacer le traditionnel certificat médical de non-contre-indication à la pratique sportive des mineurs. "Là, véritablement, on met en danger la santé de nos enfants", a réagi samedi 8 mai sur franceinfo Véronique Lebar, médecin du sport et présidente de l’association Comité Ethique et Sport.

franceinfo : Que pensez-vous de cette décision ?

Véronique Lebar : C'est un grand étonnement. Là, véritablement, on met en danger la santé de nos enfants. Il est très important de faire faire du sport aux enfants, aux adultes, pour être en meilleure santé, mais il faut d'abord faire du sport sans contre-indications. Le ministère s'appuie sur le fait qu'il offre 20 consultations gratuites aux enfants de 0 à 18 ans. Avant les 2 ans, 13 visites gratuites sont obligatoires, donc il reste 7 visites entre 3 ans et 18 ans. Ce n'est pas possible, surtout pour les enfants des familles défavorisées. Il est très clair que les enfants des familles défavorisées vont faire une attestation sans aller voir le médecin. C'est vrai que tous les ans, en début de saison, il y a des soucis pour que tous les enfants aient leur certificat de non-contre-indication, mais il ne faut pas oublier qu'ils détectent parfois des pathologies graves, parfois mineures. Il existe trop peu de centres médicosportifs et c'était peut-être là la solution pour préserver la santé de nos enfants.

Combien de problèmes sont détectés lors des visites ?

On sait parfois que ces visites sont faites à la va-vite. Mais quand vous allez faire une consultation chez un médecin en demandant un certificat de non-conte-indication pour le sport, le médecin est obligé d'examiner l'enfant ou l'adulte et de faire un examen complet. Il voit par la même occasion les vaccinations de l'enfant.

"Cette occasion n'existera plus chez les enfants qui ne sont pas de familles aisées."

Véronique Lebar, médecin du sport

à franceinfo

Ce certificat de non-contre-indication restera nécessaire "lorsque les réponses au questionnaire conduisent à un examen médical" et pour certaines "disciplines à contraintes particulières". Est-ce que cela vous rassure ?

Pas du tout parce que les questionnaires sont remplis par les parents. La plupart ne sont pas médecins, ils n'auront pas examinés leurs enfants avec un œil médical, donc ils mettront exactement ce qu'ils voudront. Il y a très peu de sports qui nécessiteront ces certificats. Pourquoi mettre en danger la santé de nos enfants alors qu'on essaie de protéger la santé des professionnels ou des sportifs de haut niveau ?

Que pensez-vous de la responsabilité donnée aux parents ?

Je pense que beaucoup de parents ne verront pas cette responsabilité. Ils verront simplement le fait de ne pas aller chez le médecin et de faire l'économie de 25 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enfance et adolescence

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.