Encre sur les doigts, écriture forcée... Des gauchers racontent leur "calvaire"

La journée internationale des gauchers, célébrée le 13 août, a été créée en 1976 et vise à lutter contre leur stigmatisation. Dans les commentaires de notre live, vous nous avez raconté vos galères du quotidien.

Une gauchère, à Montpellier (Hérault), le 12 février 2019. 
Une gauchère, à Montpellier (Hérault), le 12 février 2019.  (MAXPPP)

"Les gauchers, du lever jusqu'au soir, 7 jours sur 7, 365 jours par an, et tout au long de la vie, se battent contre l'adversité." Voici ce que confie sur franceinfo l'historien Pierre-Michel Bertrand, auteur du Nouveau Dictionnaire des gauchers, en cette journée internationale des gauchers, mardi 13 août. A raison ? Dans les commentaires de notre live, nous vous avons demandé de nous raconter vos expériences liées à votre main dominante. Et vous avez été nombreux à relater vos souvenirs, parfois burlesque, souvent douloureux.

"Je ne vois jamais les images de mes mugs quand je m'en sers. Et oui ! L'anse étant du mauvais côté pour nous, nous ne voyons que le côté blanc, s'agace ainsi @Fred_LS auprès de franceinfo. Aussi, je n'ai jamais pu faire d'éventail lorsque je joue aux cartes. Là aussi, les symboles en coin étant du mauvais côté pour nous, nous ne voyons que les angles blancs. Essayez amis droitiers et vous verrez le calvaire..."

Beaucoup ont évoqué les galères du quotidien, que peu de droitiers connaissent. "Ah, si j'avais eu à l'époque des ciseaux pour gauchers...", se lamente @isa dans les commentaires. Et un autre @gaucher d'énumérer la longue liste des "tracasseries" rencontrées : "Les poignées de portes trop près du mur, les ciseaux qui font mal aux doigts, l'encre plein les cahiers..." Ce n'est pas tout : un lecteur se souvient encore de la difficulté "d'écrire dans un classeur avec les anneaux à gauche !", un autre des tablettes à droite dans les amphis de la fac et @Kevin "n'utilise pas de boîtes en conserve car je ne trouve jamais d'ouvre-boîte pour gaucher".

La douleur des gauchers contrariés à l'école

De nombreux lecteurs gauchers se souviennent surtout avoir été contrariés à l'école, c'est-à-dire forcés à écrire avec la main droite par les professeurs. Une méthode parfois à l'origine de beaucoup de souffrance, notamment en raison des "brimades" d'autres camarades. "J'ai 60 ans. A la maternelle interdiction de se servir de la main gauche. Pire, au CP, le bras attaché à la chaise !", confie @Lulu44, qui raconte désormais pouvoir écrire de la main droite tout en réussissant à dessiner de la gauche. "J'ai subi l'horreur d'avoir la main gauche attachée dans le dos pour me faire écrire de la main droite", renchérit un autre lecteur.

De son côté, un internaute baptisé @Papa explique que "ma fille cadette, gauchère, s'est vue, elle aussi, attacher la main gauche en CP. Ce qui a conduit à une scolarité désastreuse par haine de l'école et des enseignants. C'était en 1980".

Que voulez-vous : en italien, la gauche se dit 'sinistra'. Le diable n'est pas loin des gauchers...un lecteur anonyme

Pour compenser tous ces désagréments, quelques-uns préfèrent désormais jouer la carte de l'atout, voire de la vantardise. "On apprend à s'adapter et on est certainement beaucoup plus débrouillard", se targue ainsi une gauchère. "Einstein, Obama, César, Beethoven, Chaplin, Gates, de Vinci... Les grands hommes sont gauchers !", rappelle, habile, un autre anonyme. Et même si aucune étude ne le vérifie, vous êtes plusieurs à le marteler : "Les gauchers sont bien plus intelligents et je crois même qu'ils vivent plus longtemps !" Amis droitiers, il est toujours temps de changer de main ;)