Violences des mineurs : "Une forme d'autorité parallèle" se "met en place dans certaines familles", affirme la journaliste Laure Daussy

Publié
Durée de la vidéo : 7 min
Le Premier ministre Gabriel Attal a prononcé un discours sur les violences des mineurs placé sous le signe de l'autorité, jeudi 18 avril. Laure Daussy, journaliste à "Charlie Hebdo" et autrice du livre "La réputation. Enquête sur la fabrique des 'filles faciles'", est l'invitée de franceinfo.
Violences des mineurs : "Une forme d'autorité parallèle" se "met en place dans certaines familles", affirme la journaliste Laure Daussy Le Premier ministre Gabriel Attal a prononcé un discours sur les violences des mineurs placé sous le signe de l'autorité, jeudi 18 avril. Laure Daussy, journaliste à "Charlie Hebdo" et autrice du livre "La réputation. Enquête sur la fabrique des 'filles faciles'", est l'invitée de franceinfo. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L. Chaumette
France Télévisions
franceinfo
Le Premier ministre Gabriel Attal a prononcé un discours sur les violences des mineurs placé sous le signe de l'autorité, jeudi 18 avril. Laure Daussy, journaliste à "Charlie Hebdo" et autrice du livre "La réputation. Enquête sur la fabrique des 'filles faciles'", est l'invitée de franceinfo à cette occasion.

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a prononcé jeudi 18 avril un discours sur les violences des mineurs à Viry-Châtillon (Essonne). Un discours placé sous le signe de l'autorité. "Ce que j'ai pu constater dans mes reportages, c'est finalement une forme d'autorité parallèle qui se met en place dans certaines familles", expose Laure Daussy, journaliste à Charlie Hebdo et autrice du livre La réputation. Enquête sur la fabrique des "filles faciles" (éditions Les Échappés), invitée sur franceinfo.

Le "pouvoir des grands frères" en question

"On le voit notamment avec ce qui s'est passé à Viry-Châtillon. On sait que ce jeune Shemseddine a été agressé, tabassé à mort, par les grands frères d'une jeune femme avec qui, vraisemblablement, il échangeait sur des questions d'ordre sexuel. Et c'est ce qui n'a pas plu aux grands frères", rappelle-t-elle.

"Ce que j'ai pu constater en me rendant à Viry-Châtillon, c'est que ce pouvoir des grands-frères n'est pas forcément toujours remis en cause. Bien sûr, on dénonce ce qui s'est passé, tout le monde condamne ce meurtre, mais on accepte qu'il y ait ce rôle dévolu aux grands frères", indique la journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.