VIDEO. Hausse des frais universitaires pour les étrangers : "ce n'est pas au contribuable français de payer", selon Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Éducation nationale a justifié mercredi l'augmentation des coûts universitaires prévue l'an prochain pour les inscrits venus de pays extérieurs à l'Union européenne, précisant qu'il y aura des bourses. 

RADIO FRANCE

"Cela reste un prix beaucoup plus bas que ce qui se pratique dans les tous les pays du monde", a estimé mercredi 5 décembre, Jean-Michel Blanquer à franceinfo, alors que le coût d'inscription dans les universités françaises augmentera pour les jeunes étrangers à partir de 2019. Des étudiants ont protesté, mardi à Paris, contre cette hausse

"Une politique sociale" 

Les droits d'inscription pour les étudiants étrangers, venus de pays extérieurs à l'Union européenne, vont passer de 170 euros par an en licence à 2 770 euros. "Cela doit s’accompagner d’une politique de bourses pour ces étudiants étrangers de valeur qui ne pourraient pas venir au cas où ce serait trop cher, a précisé le ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse. "C'est ça une vraie politique sociale."

Selon le ministre, la France est "un cas unique". "Vous pouvez venir de n'importe quel pays du monde et ne rien payer pour l'université. Si vous êtes un étudiant étranger et que vous en avez les moyens, il n'y a pas de raison que ce soit le contribuable français qui vous paie vos études", a-t-il souligné. L'augmentation des droits d'inscription servira au financement des bourses. "On peut avoir plus d'étudiants étrangers et être plus sociaux, en faisant quelque chose comme ça", a-t-il conclu.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le 5 décembre 2018.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la jeunesse, invité de franceinfo le 5 décembre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)