Cet article date de plus de huit ans.

Val d'Oise : des élèves en difficulté poussés à quitter leur lycée ?

INFO FRANCE BLEU 107.1 - Polémique dans un lycée de Saint-Ouen l'Aumône : la direction inciterait les élèves les plus à la traîne à "démissionner", afin de gonfler les chiffres de réussite de l'établissement. La FCPE affirme détenir une cinquantaine de lettres signées par des élèves acceptant de quitter le lycée, sans raison valable.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (DAREK SZUSTER Maxppp)

Des élèves du Val d'Oise ont-ils été poussés à démissionner
de leur lycée pour améliorer les chiffres ? La polémique secoue en ce moment le
lycée Edmond Rostand à Saint-Ouen l'Aumône.

La FCPE a épluché des documents très embarrassants : 56
lettres de démissions signées par des élèves ou par leur famille, parfois sans
aucun motif, et que les délégués ont reçues par la poste, envoyées par une main
inconnue.

Cette fédération des parents d'élèves accuse les responsables
de cet établissement de pousser les 
élèves jugés les plus faibles à la démission, et dénonce ainsi des
pratiques "managériale s", plutôt douteuses pour un établissement
public.

Nos confrères de France Bleu ont recueilli le témoignage d'une
élève, sous couvert d'anonymat. Elle affirme avoir tenu bon après que la
direction du lycée a tenté, l'année dernière, de lui faire quitter l'établissement
de son plein gré : "Ils me disaient que je n'avais aucun avenir,
que c'était mieux de démissionner
(...) que l'année prochaine, de toute
façon, je n'allais jamais être reprise"
.

Gonfler les bons résultats due lycée aux examens

Un moyen de pression utile pour gonfler les bons résultats
de ce lycée aux examens, et dont la rumeur se répandait dans les salles de
classe sans aucune preuve tangible. Cette fois, une "taupe" s'est chargée de fournir
les documents : des lettres-types de démission, sans aucune
valeur juridique. La FCPE est pourtant formelle : en cas de difficulté de
parcours d'un élève, c'est le conseil de classe qui reste souverain et aucune
pression exercée par la direction du lycée ne peut être acceptée.

L'inspection académique soutient la direction du Lycée
Edmond Rostand, et affirme qu'aucune de ces démissions n'a été obtenue par la
contrainte. En revanche, une plainte a été déposée afin de connaître le
mystérieux expéditeur de ces courriers anonymes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.