Cet article date de plus de huit ans.

Toulouse : l'examen d'anglais est annulé et tous les étudiants obtiennent 10/20

Plus de 3 000 étudiants de l'université du Mirail n'ont pas pu passer leur examen d'anglais jeudi, pour des raisons de planning des salles d'examen.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'université du Mirail à Toulouse (Haute-Garonne), le 19 octobre 2009. (  MAXPPP)

Les étudiants toulousains l'ont mauvaise. L'Université Jean Jaurès, sur le campus du Mirail à Toulouse (Haute-Garonne), a été incapable d'accueillir, jeudi 21 mai, les épreuves d'anglais de 50 promotions, soit plus de 3 000 étudiants, révèle La Dépêche du Midi. L'examen n'ayant pas eu lieu, "la note de 10/20 leur serait attribuée par défaut", pour le second semestre, a expliqué l'université, supprimant "les éventuelles notes obtenues en cours du semestre en anglais". Pour ceux qui voudraient passer cet examen, ils faudra attendre le rattrapage le 29 juin prochain.

C'est à 20h30, le veille de l'épreuve, que les étudiants ont été prévenus, via un simple communiqué électronique, dans lequel l'université a expliqué que les épreuves "ne pourront avoir lieu du fait de circonstances indépendantes de notre volonté". Selon Thomas Ducados, président de l'APIEM, association représentant les étudiants, "cette décision est due à un télescopage entre deux examens dans les amphis. Le même jour, la formation continue a organisé le passage du DAEU, un équivalent du bac, au même endroit."

"C'est honteux"

Ce bouleversement des épreuves et cette note arbitraire provoquent la colère des étudiants interrogés par La Dépêche :"J'avais 18 de moyenne sur le semestre, et je me retrouve avec 10, c'est honteux !", s'insurge ainsi un étudiante, alors qu'une autre déplore devoir aller au rattrapage pour repasser l'épreuve d'anglais : "Notre dossier en sera entaché. Quand on sait que certains masters sont très sélectifs, c'est pénalisant".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.