Rentrée scolaire : cinq dossiers brûlants au programme pour Najat Vallaud-Belkacem

Entre la réforme des rythmes scolaires ou l'"ABCD de l'égalité", la nouvelle ministre de l'Education nationale fait sa rentrée lundi matin, en même temps que les enseignants, dans un climat tendu.

La ministre Najat Vallaud-Belkacem, ici arrivant à l\'Elysée le 27 août 2014, est attendue sur plusieurs projets concernant l\'Education nationale.
La ministre Najat Vallaud-Belkacem, ici arrivant à l'Elysée le 27 août 2014, est attendue sur plusieurs projets concernant l'Education nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le programme s'annonce chargé. Najat Vallaud-Belkacem présente sa feuille de route, lundi 1er septembre, lors de la traditionnelle conférence de rentrée du ministère de l'Education. Une rentrée qui risque d'être compliquée pour la nouvelle ministre, qui a remplacé Benoît Hamon, cinq jours avant le retour de 12 millions d'élèves sur les bancs de l'école. 

Les syndicats d'enseignants se montrent, en effet, impatients, alors que plusieurs volets du projet de refondation de l'école voulu par l'ancien ministre de l'Education nationale Vincent Peillon traînent encore. Et ce n'est pas le seul dossier brûlant qui attend Najat Vallaud-Belkacem.

La réforme des rythmes scolaires

Près de 800 000 enseignants vont découvrir leurs nouveaux emplois du temps, lundi 1er septembre, un jour avant la rentrée des classes des élèves. Mais la généralisation de la réforme des rythmes scolaires, qui marque le retour à une semaine de 4 jours et demi de cours, rencontre déjà des difficultés. Alors que le collectif des Gilets jaunes appelle à manifester le 6 septembre devant le Conseil d'Etat à Paris, les maires de quelque 3 000 communes ont annoncé vouloir boycotter la loi dès mercredi matin, rapporte le JDD.

Des nouveaux rythmes scolaires qui ont, en outre, de plus en plus de mal à convaincre les parents : 60% des Français considèrent qu'il s'agit d'une "mauvaise chose", selon un sondage CSA pour RTL dévoilé lundi 1er septembre. Ils étaient 53% à être favorables à la réforme l'année dernière. Face à la résistance annoncée de certains maires et parents d'élèves, la ministre de l'Education nationale a rappelé dimanche soir que "la loi s'appliquera partout et il n'y aura pas d'exception".

Les conditions de travail des enseignants

Plus de 35 000 nouveaux élèves feront leur entrée dans les écoles primaires et 2 000 dans les collèges et lycées, mardi 2 septembre. De nouvelles arrivées synonymes de classes surchargées, notamment au primaire et en seconde, selon France Info. De nombreux postes d'enseignants ne seront, en effet, pas pourvus cette année, notamment en mathématiques et en lettres.

Pourtant, près de 4 000 nouveaux professeurs feront leur rentrée en septembre, alors que plus de 22 000 postes ont été créés dans l'Education entre 2012 et 2014. Insuffisant toutefois pour compenser l'augmentation des effectifs, selon les principaux syndicats d'enseignants, qui s'inquiètent de la dégradation des conditions de travail des professeurs.

"Les 60 000 postes sont actés", a assuré Najat Vallaud-Belkacem aux Echos jeudi 28 août, en marge de l'université d'été du PS. Si les premiers professeurs formés dans les Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espé) commenceront à enseigner à la mi-temps en septembre, 32 000 enseignants doivent encore être recrutés d'ici à 2017. 

Les "ABCD de l'égalité"

Sitôt nommée, Najat Vallaud-Belkacem a été attaquée par le collectif de la Manif pour tous et la droite pour avoir défendu les "ABCD de l'égalité" lorsqu'elle était ministre du Droit des femmes. Qualifiée d'"ultra pro-gender" par Laurent Wauquiez et de "porte-parole d’une idéologie dangereuse" par Eric Ciotti, la ministre de l'Education sera donc très attendue sur ce sujet, qui a fait l'objet de vives polémiques

L'expérimentation des "ABCD de l'égalité" a pourtant été enterrée en juin par son prédécesseur, Benoît Hamon. Elle sera remplacée par un vaste "plan d'action", aux contours encore flous. "Les personnels éducatifs seront désormais systématiquement formés, notamment dans le cadre des écoles supérieures du professorat et de l'éducation, et disposeront d'outils pédagogiques de qualité pour transmettre une culture de l'égalité, de la mixité et du respect entre filles et garçons", a précisé Najat Vallaud-Belkacem lundi 1er septembre, dans un entretien accordé au Monde.

La refonte des programmes scolaires

Si la réforme des rythmes scolaires est enfin mise en œuvre, plusieurs volets de la refondation de l'école voulue par Vincent Peillon sont toujours en attente. L'impatience des enseignants concerne notamment la refonte des programmes scolaires, repoussée d'un an : le projet du Conseil supérieur des programmes, instauré en 2013, n'a toujours pas été dévoilé. 

"La direction de l'enseignement scolaire va consulter les enseignants à l'automne pour que, sur la base de leur avis, le texte soit finalisé", a affirmé Najat Vallaud-Belkacem dans son entretien au Monde. "Pour l'impression des manuels scolaires, les programmes doivent être prêts au moins dix mois avant la rentrée, nous n'aurons donc rien avant 2015 ou 2016", a toutefois indiqué Bernard Egger, le président de l'Association des professeurs de mathématiques, au JDD.

Le système d'évaluation des élèves

La question de l'évaluation des élèves, abordée par Benoît Hamon avant son départ, fera aussi partie des gros chantiers de cette rentrée. Najat Vallaud-Belkacem a assuré au Monde que "le travail sur l'évaluation des élèves, qui ne vise pas à supprimer les notes, mais à rendre l'évaluation plus exigeante, pour qu'elle stimule les élèves au lieu de les décourager" lui tenait à cœur. Le débat entre les "pro" et les "anti" notes s'annonce toutefois houleux.