Retour des mathématiques en première : le Snes-FSU salue une avancée mais regrette l'impression de "bricolage perpétuel"

Le ministres de l'Éducation a annoncé dimanche que les mathématiques seront obligatoires pour tous les lycéens de filière générale, dès la classe de première, à la rentrée 2023.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des élèves assistant à un cours de mathématiques au lycée Michelet pour enfants surdoués, à Nice, le 30 mai 2017.  (YANN COATSALIOU / AFP)

"Il est important de développer la culture scientifique dans ce pays", s'est réjoui dimanche 13 novembre sur franceinfo Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, après l'annonce de la réintroduction des mathématiques obligatoire pour tous les lycéens de première en filière générale.

>> Lycée : trois questions sur le retour des mathématiques dans le tronc commun en première ?

La mesure, réclamée par la communauté éducative depuis l'application de la réforme Blanquer en 2019, est selon elle une "avancée", même si elle pose différentes questions : "Aura-t-on assez de professeurs de mathématiques ? Quelle sera l'articulation avec la classe de terminale ?" Parmi ses interrogations : savoir si les élèves pourront dans la foulée suivre l'enseignement de mathématiques complémentaires en classe de terminale, ce qui pourrait "leur ouvrir des portes sur Parcoursup".

Sur la forme, Sophie Vénétitay regrette par ailleurs l'impression d'un "bricolage perpétuel" et souhaite que les annonces aillent "plus loin qu'un simple communiqué de presse le dimanche soir". Elle conclut : "les programmes ne cessent de changer... Comme si chaque ministre voulait laisser sa trace dans l'histoire de l'éducation nationale. Cela rend l'apprentissage extrêmement difficile".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme du bac

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.