Bac 2021 : les élèves "un peu paniqués" par l'épreuve du grand oral

Alors que le retour en classe pour les lycéens n'est pas prévu avant le 3 mai en raison des restrictions sanitaires, les enseignants et leurs élèves sont nombreux à demander l'annulation du grand oral du bac, nouvelle épreuve instaurée par Jean-Michel Blanquer, qui doit se tenir en juin. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une classe vide, à Caen. (Illustration) (MYCHELE DANIAU / AFP)

Vingt minutes de présentation, en partie debout. Le grand oral est l'une des principales nouveautés du bac Blanquer. Elle représente 10% de la note globale en voie générale, 14% en voie technologique. Pour l'instant, le ministre de l’Éducation nationale souhaite toujours inaugurer cette épreuve en juin, malgré une année perturbée, avec certains lycées en fonctionnement hybride depuis des mois en raison des mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19.

Pourtant, et alors que débutent vendredi 9 avril 15 jours de vacances unifiées, avec un retour en classe qui n'est pas prévu avant le 3 mai, élèves et enseignants sont nombreux à demander son annulation. Une pétition lancée par des lycéens a ainsi déjà réuni plus de 23 000 signatures.

"Depuis le début de l'année, il y a énormément de lycéens qui ont raté des cours en présentiel, qui n'ont donc pas eu la possibilité de travailler le grand oral en cours."

Raphaël, élève de terminale dans les Hauts-de-Seine

à franceinfo

"Personnellement, j'ai eu 50% de mes cours, poursuit le lycéen. C'est une énorme inégalité par rapport à ceux qui ont eu beaucoup de cours en présentiel et qui ont eu la chance de pouvoir le préparer bien." Une préparation trop inégale pour une épreuve inédite : c'est aussi ce qu'avancent les syndicats enseignants, qui demandent quasiment tous l'annulation du grand oral. D'autant que la fermeture complète des lycées jusqu'au 3 mai n'arrange rien, selon Philippe Watrelot, professeur dans l'Essonne.

"C'est beaucoup de stress"

"Aujourd'hui, ce n'est plus faisable, dénonce-t-il. Préparer à l'oral en distanciel alors que l'oral, ce n'est pas seulement s'exprimer par la voix, mais c'est aussi travailler la posture et la présentation de soi. Tout cela, évidemment, c'est impossible. Les élèves sont un peu paniqués, poursuit l'enseignant, parce qu'ils n'ont pas la pratique de l'oral dans leur scolarité. C'est beaucoup de stress !" Et sans une bonne préparation, le grand oral risque d'accentuer les inégalités, selon cet enseignant.

De nombreux enseignants et élèves réclament l'annulation du grand oral du bac, le reportage d'Alexis Morel
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.