"Ça pourrait bloquer" : tous les élèves concernés vont-ils pouvoir passer les E3C ?

Alors que les vacances commencent vendredi soir en région parisienne et en Occitanie, dans les lycées les plus perturbés une question se pose : la première session d'E3C aura-t-elle vraiment lieu un jour ?

Le ministre de l\'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, à l\'Élysée le 15 janvier 2020 (photo d\'illustration).
Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, à l'Élysée le 15 janvier 2020 (photo d'illustration). (LUDOVIC MARIN / AFP)

Des blocages, des grèves ou encore l'intervention des forces de l'ordre par endroit, les épreuves communes de contrôle continu (E3C) du nouveau baccalauréat se poursuivent dans un contexte toujours tendu. Selon le ministre de l'Éducation nationale, 15% des lycées ont connu des perturbations. Et sur ces 15%, un bon tiers ont dû carrément reporter les épreuves.

Le ministre de l'Éducation confiant

Aucun doute pour Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale : tous les lycéens finiront par passer leurs E3C, même là où des blocages ont pour l'instant empêché leur organisation. "On ne va pas quand même s’accommoder du fait que des gens peuvent empêcher que le baccalauréat se passe, affirme Jean-Michel Blanquer. Mon but, c’est que tous les élèves le passent".

Ceux qui ont été empêchés de passer les épreuves vont pouvoir les repasser.Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationaleà franceinfo

Du côté des proviseurs, on est un peu moins optimiste. Certains lycées ont déjà dû reporter ces épreuves plusieurs fois face aux tensions. "On a des établissements qui aujourd’hui n’arrivent pas à mettre en place ces épreuves", indique Bruno Bobkieciwz du SNPDEN, le syndicat des chefs d’établissements.

Un manque de temps pour les proviseurs

"La question de la date limite de correction se pose, continue Bruno Bobkieciwz. On a des commissions d’harmonisation qui sont prévues à la mi-mars. Donc forcément à un moment donné ça pourrait bloquer". Pour ce proviseur, il faut donc réfléchir dès maintenant à des solutions au cas où quelques lycées ne réussiraient pas à organiser ces E3C dans les temps : "Soit on intègre, comme on l’a fait au mois de juin, les notes du bulletin qui remplaceront les notes des épreuves qui n’ont pas pu se dérouler. Soit on décale le calendrier et on permet aux élèves de passer les épreuves un peu plus tard".

Il faudra dans tous les cas une note.Bruno Bobkieciwz du SNPDENà franceinfo

Le seul espoir des proviseurs maintenant, c'est que les vacances qui commencent dans certaines régions apaisent un peu les esprits.