Cet article date de plus de neuf ans.

Vincent Peillon dément vouloir alléger les programmes en primaire

Le ministre de l'Education a réagi à l'information du "Figaro" selon laquelle il chercherait un compromis pour faire passer la réforme des rythmes scolaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Education, Vincent Peillon, le 15 février 2013 à Tours (Indre-et-Loire).  (ALAIN JOCARD / AFP)

Malgré la mobilisation du monde enseignant, Vincent Peillon n'a pas l'intention d'alléger les programmes scolaires en primaire. Le ministre de l'Education nationale a démenti, vendredi 15 février, une information du Figaro selon laquelle il envisagerait de trancher dans les programmes pour faire accepter sa réforme des rythmes scolaires aux syndicats.

Les professeurs des écoles, qui demandent pour une part le report de la réforme des rythmes scolaires à 2014, se plaignent également que la question de la lourdeur des programmes n'ait pas été prise en compte dans le projet initial de Vincent Peillon, comme l'explique le blogueur Lucien Marbœuf.

"Les programmes de 2008 ne sont pas les bons"

"J'ai toujours dit que les programmes de 2008, qui sont ceux qui s'appliquent aujourd'hui à l'école primaire, ne sont pas les bons programmes", a affirmé le ministre, lors d'un déplacement à Tours (Indre-et-Loire) au cours duquel il a rencontré des élus locaux. Mais, interrogé sur un éventuel allègement, il a répondu : "Non! Je démens."

"Nous allons les revoir de la même façon que nous allons revoir le livret personnel de compétences qui les accompagne et revoir les différents moments d'évaluation", a-t-il poursuivi. Et d'expliquer : "Ce qui est vrai, c'est que la loi d'orientation et de programmation remet en place en France un Conseil supérieur des programmes (...) qui permettra démocratiquement de refaire les programmes de la maternelle jusqu'à la terminale."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme de l'école

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.