Que contiennent les nouveaux programmes scolaires ?

Dictée, calcul mental et lecture à voix haute au quotidien... La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a dévoilé les nouveaux programmes vendredi 18 septembre.

Un professeur des écoles dans une classe à Roncq (Nord), le 1er septembre 2015.
Un professeur des écoles dans une classe à Roncq (Nord), le 1er septembre 2015. (THIERRY THOREL / CITIZENSIDE.COM / AFP)

"Le matin virgule je me lève..." La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a annoncé le retour de la dictée au quotidien, vendredi 18 septembre, tout comme celui de la lecture à voix haute et du calcul mental.

Michel Lussault, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), l'instance chargée de composer de nouveaux programmes du CP à la troisième, a présenté ses textes dans la matinée. "Ce qui est nouveau, c'est que, pour la première fois, les programmes de la scolarité obligatoire, du CP à la troisième, ont été pensés ensemble, et cela n'était jamais arrivé", a expliqué la ministre.

Francetv info liste ces changements.

L'apprentissage de la lecture et de l'écriture renforcé

Le CSP donne la priorité aux activités de lecture et d'écriture en cycle 2 et 3, soit du CP à la sixième. En plus des dix heures classiquement consacrées au français, il prévoit de dédier dix heures par semaine à des activités quotidiennes d'oral. Ainsi, en CP, en CE1 et en CE2, il met au programme "de courtes et quotidiennes dictées de syllabes ou de mots ainsi que la mémorisation de textes (poèmes, extraits de pièces de théâtre qui seront joués)"

L'enseignement du français est aussi renforcé en cycle 4 (cinquième, quatrième et troisième). "Le programme de français reconstruit un enseignement-apprentissage continu de l’orthographe et de la grammaire de l'école jusqu'à la fin du collège", insiste le CSP. Il a "renforcé les liens entre les thèmes, les genres et les périodes littéraires". Par exemple, le thème de l'amour en quatrième doit être abordé avec des poésies allant de l'Antiquité au XIXe siècle, une pièce de théâtre du XVIIe siècle. En revanche, le CSP a refusé de lister des titres d'œuvres littéraires à étudier en français. C'était une demande de certains enseignants.

L'importance du calcul mental soulignée

Najat Vallaud-Belkacem souligne l'importance du calcul mental, même si les enfants travailleront plus tard avec une calculette. Il est "très important de s'entraîner suffisamment pour automatiser des réflexes, et le calcul mental est un de ces réflexes qu'il faut avoir", a-t-elle observé.

Peu de changements du côté des outils à disposition des enseignants pour apprendre aux élèves à faire des opérations : bouliers, cailloux, jetons... En revanche, le CSP recommande le calcul en ligne. Et désormais, dès le CE1, les élèves peuvent coder des déplacements à l'aide d’un logiciel de programmation adapté.

Un autre changement concerne la division. Elle est actuellement abordée en CE2. "Les enseignants nous ont fait remonter que c'était trop tôt", a déclaré la ministre vendredi. Le nouveau programme intègre cette critique en reportant l'apprentissage de la technique opératoire de la division en CM1.

Des programmes d'histoire amendés après des critiques

Ils avaient suscité une vive polémique au printemps. Les nouveaux programmes d'histoire au collège ont été revus et corrigés en partie pendant l'été. La distinction entre les périodes obligatoires et facultatives est "effacée" dans la nouvelle version. Désormais, l'enseignement de la période des Lumières en quatrième est inscrit noir sur blanc. Le CSP proposait aussi un module à caractère obligatoire sur "les débuts de l'islam", en cinquième. Finalement, le Conseil propose un nouveau thème d'étude : "Chrétienté et islam, des mondes en contact".

Le CSP a également revu sa copie sur l'enseignement de la première guerre mondiale. Il souhaitait l'introduire en fin de quatrième. La proposition a suscité l'ire des professeurs. Ils n'aiment pas traiter une période aussi importante en fin d'année, car ils craignent de manquer de temps. "C'est le genre de choses qui a attisé la contestation enseignante", pointait en mai Florian Nicolas, responsable de l'association française des professeurs d'histoire et de géographie en Midi-Pyrénées, sur francetv info.

L'enseignement de la première guerre mondiale rejoint finalement le module "L'Europe, un théâtre majeur des guerres totales", prévu en troisième. "Toutes les grandes périodes de l'histoire de France seront étudiées", mais "nous laissons la possibilité aux enseignants de choisir leurs exemples", a résumé Najat Vallaud-Belkacem vendredi matin sur Europe 1. Enfin, le rôle de la chronologie est réaffirmé.

Une large place pour les Enseignements pratiques interdisciplinaires

Les Enseignements pratiques interdisciplinaires, les fameux EPI, sont emblématiques de la réforme du collège. Il s'agit d'ateliers qui décloisonnent les disciplines, et permettent de mettre en pratique les notions enseignées. 

Dans la deuxième mouture des programmes, les EPI occupent une place importante. Ils sont listés, pour permettre aux professeurs de piocher parmi les thématiques proposées. On trouve par exemple "Information, communication, citoyenneté", ou encore "Corps, santé, bien-être et sécurité". "Les différentes expériences faites dans le cadre des EPI enrichissent le parcours d'éducation artistique et culturelle des élèves", insiste le CSP.